AccueilPhoto

La dernière campagne Prada se fait troller par les internautes

Publié le

par Lise Lanot

© Prada

Les questions existentielles de la marque italienne ont révélé la créativité d'internautes amusés.

La campagne de la collection printemps-été 2021 de Prada avait tout pour être tout à fait classique. Cette première collaboration entre Miuccia Prada et Raf Simons, nommé co-directeur artistique de la marque en avril dernier, voit des mannequins poser devant un fond blanc. Les photographies sont présentées sous forme de diptyques : d’un côté, un portrait en pied ; de l’autre, un portrait zoomé, afin de mettre en lumière les pièces de cette nouvelle collection et les regards penseurs des mannequins.

Si la campagne a connu un grand succès auprès des internautes, c’est grâce au texte inséré verticalement, des mots espacés les uns des autres, sur les images. Des interrogations "existentielles" s’affichent sur le panneau de gauche, tandis que le panneau de droite propose d’y "répondre sur Prada.com".

"Devrions-nous ralentir ou accélérer ?" (© Prada)

Les questions vont de "la nature est-elle à l’extérieur ou ici, à l’intérieur ?" à "devrions-nous ralentir ou accélérer ?" sans oublier "quel rôle la fonction a-t-elle ?" et "l’avenir a-t-il un attrait romantique pour vous ?".

Amusé·e·s par le caractère plutôt lunaire des sujets, des internautes ont parodié la campagne, imaginant d’autres profondes interrogations sur lesquelles plancher. Ce faisant, les gentil·le·s trolls ont donné un gros coup de projecteur sur la campagne et la marque, qui a – somme toute – bien réussi sa communication, même si ce n’était pas forcément dans la direction escomptée.

"Vous commencez par regarder par la fenêtre ou par ouvrir votre appli météo ? Répondez sur Prada.com."

"Pourquoi l’appelle-t-on la planète 'Terre' alors que sa surface est composée à 70 % d’eau ? Répondez sur Prada.com."

"Cet avocat vieux de cinq jours dans mon frigo est-il toujours bon ? Répondez sur Prada.com."

"Vais-je survivre à mon deuxième semestre de cours en ligne ? Répondez sur Prada.com."

"Si les humains voient l’eau, les poissons voient-ils l’air ? Répondez sur Prada.com."

Une campagne hypocrite ?

Sur un onglet "dialogues" de son site, Prada propose aux internautes de partager leurs éléments de réponses avec la marque :

"La campagne printemps-été 2021 est un dialogue, ouvert à de multiples perspectives. Rejoignez la conversation : répondez à une ou plusieurs questions, sauvegardez vos réponses et remplissez le formulaire ci-dessous pour les envoyer. Une sélection de réponses sera publiée dans un ouvrage dédié, qui présentera la collection sous un angle inédit", apprend-on sur le site.

Dans son communiqué de presse, le groupe italien affirme vouloir se démarquer de "la communication publicitaire traditionnelle de la mode" en "parlant à son public" et en traitant de sujets liés à "la perception de soi, la technologie, les idées de l’humanité – la diversité, l’inclusion, le développement durable".

Capture d’écran du site Prada, qui propose aux internautes de partager leurs réponses. (© Prada)

Le photographe ? "Personne"

Les réflexions de Prada et Raf Simons ont investi jusqu’au choix du photographe de la campagne : "Personne." Cette décision a été prise "en riposte face aux notions d’auteur". Ce sont "des centaines d’appareils photo" qui ont pris "une multitude de vues" des mannequins en tournant tout autour de leur corps. Le duo insiste ainsi sur la question du lien entre "l’homme et la machine" et "le rôle de la technologie en tant que moyen de communication sans précédent".

Pas là seulement pour blaguer, certain·e·s internautes ont souligné l’hypocrisie de la marque du luxe qui souhaite ouvrir un dialogue philosophique sur la nature, la technologie et la perception de soi en vendant des pièces de luxe que la majorité des gens ne peut s’offrir.

"De quelle utopie rêvez-vous ?" (© Prada)

"Quelque chose peut-il véritablement être nouveau ?" (© Prada)

"La créativité est-elle un don ou une compétence ?" (© Prada)

"La nature est-elle à l’extérieur ou ici, à l’intérieur ?" (© Prada)

À voir aussi sur arts :