AccueilPhoto

La folle histoire d’un appareil photo perdu sur la Lune et retrouvé sur Terre

Publié le

par Donnia Ghezlane-Lala

© Nasa

En 1972, l’astronaute Gene Cernan aurait laissé son appareil photo sur la Lune. Un homme l’a retrouvé sur Terre. Enquête.

L’astronaute américain Gene Cernan était connu comme étant le "dernier homme à avoir marché sur la Lune", dans le cadre de la mission Apollo 17 en 1972, durant laquelle il était commandant. Lors de cette mission de douze jours, il est parvenu à sortir trois fois sur le sol lunaire, en compagnie du copilote Harrison Schmitt, et à se balader pendant 22 heures et quatre minutes au total dans la vallée Taurus-Littrow. Le pilote Ronald Evans est resté dans le module lunaire, tandis que ses deux coéquipiers foulaient le sol céleste.

Ensemble, les trois astronautes ont parcouru 36 kilomètres à bord de leur véhicule et ont récolté 110 kilogrammes de roches lunaires, battant tous les records de temps et de données collectées jamais atteints auparavant. Dans sa carrière, Gene Cernan a été trois fois dans l’espace, dont deux fois sur la Lune.

Une photo de Gene Cernan prise par Harrison Schmitt en 1973, lors de la mission Apollo 17. (© NASA)

L’appareil photo oublié

Durant toute sa vie, Cernan a déploré le fait d’avoir laissé son appareil photo sur la Lune. Dans de nombreux entretiens, il se rappelle :

"J’ai laissé mon appareil photo Hasselblad là-haut, avec l’objectif pointé vers le zénith, si quelqu’un y retournait un jour et le retrouvait, il verrait à quel point la radiation solaire cosmique a détérioré le verre.

Alors que je remontais sur l’échelle, je n’ai pas pu prendre une photo de mon dernier pas. C’est si stupide ! Cela aurait été mieux que je garde l’appareil photo avec moi, que je prenne cette photo, que je retire la pellicule et qu’ensuite (pour des restrictions de poids), je jette l’appareil photo, pas vrai ?"

Une photo de Harrison Schmitt prise par Gene Cernan, en 1973, lors de la mission Apollo 17. (© NASA)

La presse buvait ses paroles et croyait à cette histoire qu’il aimait (se) raconter. Et tout lui donnait raison : l’appareil photo n’était nullement mentionné dans l’inventaire du matériel rapporté sur Terre, précise l’enquêteur Cole Rise sur PetaPixel.

Selon ce dernier, il y a une tonne de preuves photographiques et audio qui démontrent que son appareil photo serait en réalité revenu sur Terre, contredisant les versions de la NASA et de l’astronaute. Il apporte une nuance : Gene Cernan aurait effectivement oublié "un" appareil photo sur le rover lunaire, mais ce ne serait simplement pas le sien. Rise a mené cette enquête des plus passionnantes, main dans la main avec le photographe suisse Marco Nietlisbach.

Non pas un appareil photo, mais trois

Chaque astronaute en mission possède son propre appareil photo – avec un objectif 60 mm – pour documenter son périple. Les appareils photo sont marqués "CDR" pour le commandant et "LMP" pour les (co)pilotes du module lunaire : détail qui aura son importance pour le dénouement de cette enquête. Toutefois, le commandant et le pilote sont amenés à échanger régulièrement leurs appareils lors des missions, l’un photographiant en noir et blanc et l’autre en couleur.

La Terre vue depuis la Lune, lors de la mission Apollo 17, en 1972. (© NASA)

Sur la mission Apollo 17, Cernan possédait un Hasselblad 60 mm, avec une pellicule couleur et Schmitt, le même appareil, avec une pellicule noir et blanc. Le chercheur passionné Cole Rise précise qu’il y avait en réalité trois appareils photo et non deux, à bord du véhicule. Un Hasselblad supplémentaire, surmonté d’un téléobjectif (bien lourd) de 500 mm, avait également été utilisé dans le cadre de cette mission et appartenait peut-être à Evans, le pilote.

Il semblerait que Cernan aurait été celui à l’avoir le plus utilisé, oubliant à moitié qu’il avait un autre appareil, le "CDR" couleur, lui appartenant en tant que commandant. Il est donc possible que le plus gros appareil à téléobjectif ait été oublié sur la Lune et non l’autre – plus léger –, étant donné que Cernan précise que le poids faisait partie des contraintes au retour sur Terre. La mémoire nous joue bien souvent des tours et l’inventaire – retrouvé par l’enquêteur – allait dans ce sens.

Quel appareil photo a été laissé là-haut ?

Comme le rappelle Cole Rise, avant chaque voyage, un inventaire est dressé. La liste du matériel rapporté dans la capsule a été dressée le 12 décembre 1972… soit la veille de leur décollage et atterrissage. En 24 heures, il a pu se produire beaucoup de changements ; du matériel a pu être, par exemple, retiré ou ajouté à cause des contraintes de poids.

L’inventaire montrant qu’un des trois appareils photo Hasselblad a été laissé sur la Lune ("offloaded"). (© NASA)

L’inventaire montrant qu’un second appareil photo Hasselblad a été laissé sur la Lune ("offloaded"). (© NASA)

Cette liste du matériel n’a donc pas été dressée en temps réel, mais la veille du décollage, donc elle peut ne pas être totalement fiable. Elle mentionnait d’ailleurs l’absence des trois appareils photo à bord ("offloaded"), qui auraient tous été laissés sur la surface de notre satellite naturel. Erreur.

Après avoir fouillé dans les registres et inventaires qu’il s’est procurés en ligne, Rise a été mettre son nez dans les enregistrements audio retranscrits. Dans ces documents, nous apprenons qu’un certain Parker, du centre de contrôle des missions de la NASA, leur demandait de documenter un peu les environs avant de retourner à bord de leur véhicule. Il leur demandait de rapporter deux appareils photo avec eux, celui du commandant ("CDR") et du pilote ("LMP"). Ce à quoi Cernan a répondu : "Okay."

"Plus précisément, la liste de contrôle indique : 'Pos[ition] 'LMP' cam vertical on seat.' ['Position de l’appareil photo 'LMP' verticale sur le siège.'] Gene se souvient qu’il a mis l’appareil photo sur le siège, avec l’objectif pointé vers le zénith. Vraisemblablement, leur intention était de récupérer l’appareil photo à une date ultérieure pour obtenir des informations sur une exposition à long terme à l’environnement lunaire", commente le chercheur.

L’instruction demandant à Cernan de laisser l’appareil photo "LMP" sur la Lune en position verticale. Ceci a donné lieu à un problème de communication, puisque le centre de contrôle des missions voulait finalement qu’ils rapportent cet appareil photo. Cernan a dû le remplacer par le Hasselblad 500 mm. (© NASA)

Il y aurait donc eu un quiproquo dans la notice : le centre leur disait en direct de rapporter les appareils photo "CDR" et "LMP", alors qu’il était inscrit sur la liste de placer l’appareil "LMP" vers le zénith. Gene a dû faire demi-tour et échanger le "LMP" 60 mm avec le Hasselblad au téléobjectif 500 mm. Ce serait donc cet appareil photo qu’il aurait laissé sur la Lune. Un seul, donc et pas trois comme l’atteste la liste.

Cernan confirme à son coéquipier avoir laissé l’appareil sur le rover pointé vers le zénith comme prévu, même s’il ne se souvient pas exactement de l’endroit où il l’a laissé, "quelque part entre les deux sièges". Une fois à bord, le centre de contrôle leur demande à deux reprises de reconfirmer qu’ils ont bien pris les deux appareils photo "CDR" et "LMP", en insistant tout particulièrement sur le dernier, au vu du quiproquo dont ils se sont rendu compte entre-temps. Schmitt répond qu’ils sont bien dans le sac et Cernan ajoute :

"C’est évident que je n’ai pas laissé l’appareil 'LMP' sur le rover […]. Je jure avoir laissé quelque chose là-bas. Il est possible que ce soit l’objectif 500 mm, car nous ne l’avons pas à bord et j’ai mentionné qu’il était sous le siège. Je me souviens avoir fait quelque chose avec un appareil photo. C’est sûrement cet objectif. Je l’ai coincé entre deux sièges, pour qu’il tienne quelque part et j’ai pointé l’objectif vers le zénith. […] Nous avons également mon appareil photo ['CDR']."

Dans toutes ses interviews, Cernan a donc confondu "son" appareil photo "CDR" 60 mm avec cet Hasselblad 500 mm ; il a pensé à tort que ce dernier était l’appareil "CDR". Étant donné qu’ils échangeaient souvent leurs appareils photo, on peut voir que Harrison usait beaucoup de l’appareil photo couleur du commandant, comme le montrent certaines photos dépeignant Gene immortalisé par Harrison (donc avec l’appareil photo "CDR"), tandis que Gene devait utiliser davantage les deux autres. Théoriquement, son appareil photo était bien avec lui dans la capsule, direction la Terre. Et le registre de l’inventaire a vraisemblablement été mal réalisé.

Le fin mot de l’histoire grâce à un post Instagram

Nous avons maintenant la confirmation que Cernan est revenu avec deux appareils photo sur trois, le sien ("CDR") en couleur et celui de Schmitt ("LMP") en noir et blanc. Il faut savoir que tous les appareils photo ont un numéro de série unique, imprimé sur une plaque de verre collée sur le boîtier, qu’on appelle la "plaque Réseau". Elle sert à identifier quel appareil a pris quelle image.

Quand on se plonge dans les archives photo de cette mission, on saisit que le numéro de série de l’appareil "CDR" de Cernan était "S/N 1023" et celui de Schmitt ("LMP") était "S/N 1032".

Pendant de longs mois, l’enquête de Cole Rise a stagné, jusqu’au… 29 février 2020. En se baladant sur Instagram à la recherche d’un polariseur amovible utilisé sur la Lune, il est tombé sur le post d’un certain Marco Nietlisbach, légendé : "Merci de m’avoir laissé photographier cet incroyable appareil photo. Un rêve devenu réalité. Appareil photo : HEDC (Hasselblad 500 EL Data Camera) avec un objectif Carl Zeiss Biogon f5.6-60 mm." Un Hasselblad à l’objectif 60 mm, ça vous dit quelque chose ?

L’appareil photo de Cernan est bien sur Terre

Une preuve en photo que le Hasselblad 500 mm est bien resté sur la Lune, l’objectif tourné vers le zénith. (© Nasa)

Illico presto, Cole contacte Marco. Ce dernier travaille chez Light & Byte, un magasin d’équipements photographiques situé à Zurich, à côté d’Omega, le fabricant qui s’occupait de la plupart des montres ayant servi aux astronautes lors des missions lunaires Apollo. Cole apprend qu’Omega avait proposé à Marco de shooter un "vrai appareil photo lunaire", au Omega Museum.

Ni le directeur du musée ni Marco n’étaient au courant de l’histoire de l’appareil photo de Cernan laissé sur la Lune ; il a été prêté par la NASA sans information pour le 50e anniversaire de la mission Apollo 11 – même pas pour la mission Apollo 17, c’est dire…

Le jour où Cole a pu voir l’appareil photo, il a tout suite remarqué l’étiquette "CDR". Un détail qui le menait sur la bonne voie : ce serait donc un objet authentique. Il fallait confirmer qu’il s’agissait bien de l’appareil photo de Cernan.

Le numéro 23 correspondant au numéro de série de l’appareil photo de Gene Cernan, ainsi que la marque de la morsure de la plaque Réseau. (© NASA)

Peu après, Marco lui a envoyé des photos en couleur extraites de la pellicule. Et un autre détail a conclu des mois et des mois de recherches : le numéro de série était "S/N 1023", le même que l’appareil de Cernan… Après quelques vérifications dans les archives des missions Apollo et en comparant les photos sur Photoshop, Cole a eu la confirmation qu’il s’agissait du bon appareil photo, en voyant le numéro 23 affiché sur toutes les images de Cernan envoyées par Marco.

On aperçoit également sur les clichés les petites marques de "morsure" en haut à gauche, qui correspondent à un impact visible sur la partie supérieure de l’objet. On peut facilement reconnaître sur ces images la dernière intervention humaine sur la Lune.

Une marque d’impact correspondant à la "morsure" qu’on retrouve sur chaque photo prise avec l’appareil photo "CDR" de Gene Cernan. Le numéro 23 apparaît également, et l’appareil photo a bien été fabriqué en Suisse. (© NASA)

Cet Hasselblad est bien conservé au musée Omega en Suisse et a été le dernier appareil photo tenu entre les mains des derniers hommes à avoir marché sur la Lune.

Décédé en 2017, Gene Cernan n’a pas eu la chance de revoir son appareil photo avant de fermer les yeux à tout jamais. L’oubli de cet appareil était un des plus grands regrets de sa vie et cette recherche a vu le jour à cause d’une simple mémoire défaillante et d’un mauvais inventaire. Mais sa mission était de rapporter son appareil photo. À titre posthume (et depuis la Terre), nous pouvons lui dire qu’il a accompli sa mission avec brio.

Les impacts visibles en haut et en bas sur la pellicule. (© NASA)

Le numéro 23 correspondant au numéro de série de l’appareil photo de Gene Cernan, ainsi que la marque de la morsure de la plaque Réseau. (© NASA)

© NASA

Eugene Cernan lors de la mission Apollo 17, en 1973. (© NASA)

© NASA

© NASA

Vous pouvez en lire davantage sur l’enquête de Cole Rise ici, le suivre sur son site et sur son compte Instagram.

À voir aussi sur arts :