AccueilPhoto

La jeune scène artistique africaine-américaine au cœur d’une expo engagée

Publié le

par Lise Lanot

© Felandus Thames ; Idris Habib/193 Gallery

Les œuvres de six artistes dialoguent pour confronter le public aux réalités sociales des États-Unis – et du reste du monde.

Ce vendredi 19 novembre, un tribunal du Wisconsin acquittait Kyle Rittenhouse, un homme de 18 ans qui a tué deux manifestants avec un fusil automatique et blessé un troisième en août 2020, lors d’une manifestation Black Lives Matter. L’issue de ce procès (et l’attitude du juge Bruce Schroeder) secoue et divise les États-Unis. De nombreuses personnes désespèrent de voir un meurtrier blanc une fois de plus innocenté tandis que des Noir·e·s continuent de se faire tuer.

C’est en réaction à ces drames répétés et à la résurgence du mouvement Black Lives Matter que la 193 Gallery présente, jusqu’au 31 décembre 2021 à Paris, "Face to Face", une "exposition qui met en avant la nouvelle génération d’artistes afro-américains".

© Idris Habib/193 Gallery

Six artistes – plus ou moins installé·e·s sur les scènes artistiques états-unienne et internationale – voient leurs œuvres dialoguer. Victoria Mann, fondatrice de la foire d’art contemporain Also Known As Africa (AKAA) et curatrice de l’exposition, affirme vouloir mettre en exergue la "nécessité de ne plus rester silencieux et dans l’attente passive d’une égalité raciale aux États-Unis".

À travers différents media (peinture, collage, dessin, ou art numérique), les œuvres rassemblées confrontent le public aux réalités sociales outre-Atlantique et, forcément, interrogent celles de notre propre pays, notre silence, notre passivité.

© Denae Howard/193 Gallery

L’importance du face-à-face

La notion de "confrontation" semble être le maître mot de cette exposition où le public navigue entre différents îlots dédiés au travail de LaToya Hobbs, Christa David, Felandus Thames, Denae Howard et Idris Habib. Ce dernier présente une exposition solo à l’étage. On y découvre une galerie de portraits de personnages noirs anonymes, qui célèbrent le "black is beautiful". "Sans message politique", affirme l’artiste ; sans représentation de martyr·e·s ni d’héro·ïne·s, précise la galerie.

L’exposition collective se targue également d’exposer une grande toile de Kehinde Wiley. Son grand portrait sonne comme un regard tutélaire de la part d’une figure si célèbre de l’art contemporain états-unien, un passage de bâton(s) nécessaire pour une amplification de la visibilisation d’artistes noir·e·s.

© Christa David/193 Gallery

© Idris Habib/193 Gallery

© Idris Habib/193 Gallery

© Felandus Thames/193 Gallery

© LaToya Hobbs/193 Gallery

L’exposition "Face to Face" et le solo show d’Idris Habib sont visibles à la 193 Gallery à Paris jusqu’au 31 décembre 2021.

À voir aussi sur arts :