AccueilPhoto

La marque Zara et les photos de sa collection "Barbie" sont au cœur d’une polémique

Publié le

par Donnia Ghezlane-Lala

© Zara/Mattel

Les internautes reprochent à la marque de promouvoir une "image irréaliste du corps".

Oui, en 2021, certaines marques continuent de promouvoir l’image de Barbie, et de lui rendre hommage à travers des collections thématiques. Et Zara est tombée dans le panneau en lançant mi-avril une collection avec Mattel, qui n’est pas au goût de tout le monde. Il s’agit de la deuxième collaboration de Zara, en un an, avec l’entreprise américaine spécialisée dans les jeux et jouets.

En 2020, la marque de fast fashion – qui profiterait largement du travail forcé de Ouïgour·e·s dans des camps en Chine – avait révélé une collection Barbie composée de T-shirts et de bodies. Cette année, la collection est plus sportive et présente des hoodies, des joggings, des shorts et des maillots de bain. Pour compléter cela, Zara vend sur son site deux modèles de poupées Barbie.

Derrière ce partenariat se cache une volonté philanthropique quelque peu maladroite : les bénéfices de ces ventes seront reversés à Entreculturas, une association militant pour le droit à l’éducation et l’accès à la culture auprès d’enfants défavorisé·e·s. Au-delà des pièces de la collection et de la symbolique de cette collaboration, les photos promotionnelles ont de quoi choquer : des internautes et client·e·s ont levé leur voix sur les réseaux sociaux pour fustiger cette campagne.

Suivi par plus de 48 000 personnes, le compte Instagram Awkward Zara, qui s’amuse bien souvent des poses très étranges adoptées par les mannequins de Zara pour ses campagnes et sur les photos de son e-shop, a qualifié ce shooting de "naufrage total, destiné à la décharge". Alors que la plupart des enseignes de mode ont compris – de manière marketing ou sincère – l’importance de représenter tous les corps et toutes les tailles, Zara ne semble pas évoluer.

"Cette collection célébrant une poupée plastique avec des proportions qui ne sont pas réalistes pour une humaine fait la sourde oreille, avec sa direction artistique laissant la place à une photographie en contreplongée qui allonge les corps à tel point qu’ils paraissent distordus", poursuit Awkward Zara, en précisant que c’est la première fois que le compte a reçu autant de messages directs de personnes outrées par une campagne Zara, et rappelant que l’idée n’est pas de s’en prendre aux modèles skinny mais de parler du choix de la contreplongée, du mal que cette campagne peut faire à la santé mentale de jeunes femmes, et du manque de représentation.

Une internaute a commenté :

"Ces images me donnent la chair de poule mais en tant que femme maigre, le terme 'image corporelle irréaliste' quand on parle des femmes minces et maigres m’a toujours gênée. Les femmes maigres ne sont pas la norme, elles ne sont ni en mauvaise santé (même si certaines peuvent l’être, je ne nie pas cela). Je suis d’accord avec le fait que nous avons besoin de plus de diversité, et cela inclut les femmes maigres aussi, et je ne pense pas que ce soit juste d’insulter ou de faire culpabiliser les femmes minces simplement parce que les médias nous font à toutes du mal."

D’autres femmes ont également répondu : "Selon moi, c’est une opportunité manquée. La force de Barbie est qu’elle peut devenir qui elle veut : une princesse, une docteure, une maman, une astronaute, etc. Au lieu de cela, cette campagne semble promouvoir Barbie comme un modèle de corps que les femmes devraient avoir." Ou encore : "Sérieusement Zara : je pensais sincèrement que nous avions laissé cette image corporelle derrière nous, dans les années 1990 ? Déçue."

À voir aussi sur arts :