AccueilPhoto

La vulnérabilité des enfants face au monde extérieur capturée dans une série photo

Publié le

par Pauline Allione

Dans "Morning Bus", le photographe Greg Miller pointe ces quelques heures sur lesquelles les parents n’ont pas de prise, de l’école au retour à la maison.

La vulnérabilité des enfants face au monde extérieur capturée dans une série photo

© Greg Miller

Si vous n’avez pas eu la chance d’habiter à deux pas de votre école ou d’y être amené·e chaque matin par vos parents, vous avez très certainement connu l’attente à l’arrêt de bus. Le départ pour l’école peut être excitant (et encore, pas toujours) mais chez les parents, cela peut aussi être une source d’angoisse.

C’est après la fusillade dans l’école primaire de Sandy Hook à Newton, qui fit 28 morts le 14 décembre 2012, que le projet a germé dans la tête de Greg Miller. Ébranlé par la catastrophe à laquelle il s’identifiait en tant que père d’une petite fille de l’âge des victimes, le photographe s’est un jour attardé sur les écolier·ère·s qui attendaient leur bus. Il a perçu dans cette attente toute l’innocence et la vulnérabilité propres aux enfants, et de facto, aux victimes de la tuerie de Newton.

"Morning Bus". (© Greg Miller)

De la bulle familiale à l’inconnu

"Ma femme et moi nous sentions impuissants en tant que parents. Alors que ce sentiment d’impuissance s’installait, mon appareil photo a dévié vers une pensée fataliste : le moment où, en tant que parents, nous nous séparons de nos enfants. La réalité actuelle des fusillades de masse aux États-Unis m’a fait réaliser à quel point le moment où nous sortons pour aller à l’école est fragile. Nous tenons pour acquise l’idée que nous nous reverrons plus tard", détaille Greg Miller.

Dans sa série Morning Bus, le photographe capture le départ des enfants hors de la bulle familiale, le temps d’une journée d’école. Avec l’accord des parents et des enfants, celui-ci met en lumière toute la fragilité de ses sujets, souvent seuls sur le bord de la route et dans des températures fraîches.

"Avant de la quitter [sa fille, ndlr], je dois croire d’une façon ou d’une autre, malgré ce que je lis dans les journaux, que les choses se passeront bien. Comme tant d’autres parents, j’en suis capable : j’arrive à me perdre dans mon travail pendant la journée et je l’oublie presque. Presque", exprime le photographe.

"Morning Bus". (© Greg Miller)

"Morning Bus". (© Greg Miller)

"Morning Bus". (© Greg Miller)

"Morning Bus". (© Greg Miller)

"Morning Bus". (© Greg Miller)

"Morning Bus". (© Greg Miller)

"Morning Bus". (© Greg Miller)

"Morning Bus". (© Greg Miller)

"Morning Bus". (© Greg Miller)

"Morning Bus". (© Greg Miller)

À voir aussi sur arts :