AccueilPhoto

Le photographe Helmut Newton raconté par ses muses dans un documentaire nuancé

Publié le

par Pauline Allione

© Helmut Newton

En salles le 14 juillet, le film retrace la vie du célèbre photographe, à travers celles qui l’ont connu.

Défenseur du mauvais goût, visionnaire controversé, artiste provocateur, Helmut Newton a incontestablement marqué son époque. Célèbre pour ses nus et ses images de femmes stylisées, décalées et empreintes d’érotisme, le photographe légendaire du XXe siècle a le droit à son documentaire Helmut Newton, l’effronté.

En salles le 14 juillet 2021, le film, réalisé par Gero von Boehm, revient sur la vie de Newton, de son enfance dans l’Allemagne nazie à Los Angeles en passant par la capitale de la mode, Paris.

Newton dans l’œil des femmes

Imposantes, impressionnantes, sexy… C’est ainsi qu’Helmut Newton aimait représenter les femmes, ses sujets favoris. Plus de quinze ans après sa mort, c’est naturellement aux femmes que Gero von Boehm a souhaité donner la parole, afin de dresser le portrait de son ami.

"Il n’y avait pratiquement pas de déclarations de femmes sur Helmut. Il y avait des témoignages et de brillants essais universitaires faits par des hommes, des galeristes, des journalistes et des curateurs, tous masculins. Quelques anecdotes de certains de ses assistants également, mais j’avais rarement entendu ou lu des femmes à son sujet", pose le réalisateur. 

Arena, Miami, 1978. (© Helmut Newton/Helmut Newton Estate/Courtesy of Helmut Newton Foundation)

Entre images d’archives de la Fondation Helmut Newton et interviews exclusives, Gero von Boehm donne carte blanche à celles qui l’ont côtoyé : la chanteuse et modèle Grace Jones, les actrices Charlotte Rampling et Isabella Rossellini, l’une de ses modèles phares Sylvia Gobbel, la rédactrice en chef du Vogue américain Anna Wintour, Nadja Auermann, la mannequin Claudia Schiffer…

Un pionnier controversé

"Quand on posait pour Helmut Newton, on se sentait à la fois belles et fortes, parce qu’il vous mettait sur un piédestal", se souvient Sylvia Gobbel, ex-muse du photographe dans les années 1980.

"Quand vous regardez le diptyque "Sie Kommen, Paris, 1981". ['Elles arrivent' en français], on voit quatre femmes fortes, de caractère, qui sont encore plus belles nues qu’habillées. Elles regardent au-dessus de l’objectif, elles décident de leur direction. Le féminisme faisait un grand pas quand cette photo a été publiée, c’était très symbolique", poursuit-elle.

"Helmut Newton, l’effronté", Charlotte Rampling. (© The Helmut Newton Estate/Maconochie Photography)

Les mises en scène newtoniennes n’ont pourtant pas toujours fait l’unanimité. Avec ses représentations de corps féminins hypersexualisés dans des positions provocantes, parfois choquantes, le photographe surfait sur les ambiguïtés et les stéréotypes, sans se départir d’un male gaze très assumé.

"La période que nous vivons devient de plus en plus politiquement correcte, prude, et il y a une tendance au contrôle et à la censure du goût. La liberté de l’art est en danger, et je pense qu’il est bon de revenir à une époque où un Helmut Newton avait une liberté totale et pouvait révolutionner la photographie de mode. C’est d’un intérêt historique", rétorque Gero von Boehm, avant d’ajouter : "Dans beaucoup d’images d’Helmut Newton, on peut surtout voir à quel point les femmes sont fortes et ont confiance en elles, ce qui peut certainement effrayer certains hommes."

Crocodile, Wuppertal, 1983. (© Helmut Newton/Helmut Newton Estate/Courtesy of Helmut Newton Foundation)

De Berlin à Los Angeles

Outre la force provocatrice et précurseuse de l’œuvre qu’Helmut Newton a laissée derrière lui, le film apporte un éclairage sur le parcours de l’artiste et les influences qui ont forgé son œil de photographe. Enfant juif dans une Allemagne nazie qu’il quittera pour Singapour avant d’émigrer en Australie, Newton sera influencé par les images de Leni Riefenstahl pour le gouvernement nazi, mais également par Yva (Else Neuländer-Simon), célèbre photographe et portraitiste dont il deviendra l’apprenti.

Après des débuts dans la presse, il se fait rapidement une place dans de prestigieux magazines de mode, et révolutionne véritablement la photo de haute couture. "Helmut Newton était l’un des premiers photographes de magazines à être reconnu en tant qu’artiste", écrit Nathalie Herschdorfer, historienne de l’art, dans 100 ans de photographie de mode.

Rue Aubriot, Paris, 1975. (© Helmut Newton/Helmut Newton Estate/Courtesy of Helmut Newton Foundation)

L’homme derrière l’objectif

À travers des images d’archives tournées du vivant de Newton, le réalisateur pose aussi un regard sur l’intimité du photographe, notamment à travers June, sa compagne, amante et manageuse, décédée en avril 2021. Hommage touchant, le film dresse un portrait complexe du photographe, dont on se rappellera le style puissant et iconique.

"Helmut était un personnage tellement unique, la combinaison rare d’un garçon de Berlin, d’un gentleman, d’un provocateur et d’un anarchiste, et un grand artiste, même s’il ne voulait pas être désigné comme tel", rapporte Gero von Boehm.

"J’adore la vulgarité. Je suis très attiré par le mauvais goût, c’est bien plus excitant que le prétendu bon goût, qui n’est que la normalisation du regard. Le bon goût est aux antipodes de la mode, de la photo, des femmes et de l’érotisme. La vulgarité, au contraire, c’est la vie, l’amusement, le désir, les réactions extrêmes !", disait Helmut Newton.

"Helmut Newton, l’effronté", Helmut et des mannequins. (© Helmut Newton Estate/Maconochie Photography)

"Helmut Newton, l’effronté", Helmut et June. (© The Helmut Newton Estate/Maconochie Photography)

Helmut Newton à domicile, Monte Carlo, 1987. (© Alice Springs/Helmut Newton Estate/Courtesy of Helmut Newton Foundation)

David Lynch et Isabella Rossellini, Los Angeles, 1988. (© Helmut Newton)

"Helmut Newton, l’effronté", Marianne Faithfull. (© The Helmut Newton Estate/Maconochie Photography)

Helmut Newton, l’effronté, réalisé par Gero von Boehm, en salles le 14 juillet 2021. La sortie de ce documentaire s’accompagne également d’un bel ouvrage photographique publié chez Taschen.

Konbini arts, partenaire du documentaire Helmut Newton, l’effronté.

À voir aussi sur arts :