AccueilPhoto

Le quotidien londonien des années 1970 rayonne dans un livre photo émouvant

Publié le

par Lise Lanot

© Neil Martinson

Avant la gentrification, Neil Martinson a immortalisé la vie de son quartier dans tous les recoins.

Plus jeune, Neil Martinson avait deux occupations : s’essayer à la photographie et s’amuser des "aventures infinies trouvées dans les bâtiments détruits par les bombardements". Le Britannique a grandi dans les années 1970 à Hackney, un quartier à l’est de Londres, assez pauvre à l’époque. Alors qu’il était encore à l’école, le jeune homme commence à photographier son quotidien.

De ses escapades d’enfants à ses excursions dans le monde adulte, il publie aujourd’hui ces images d’un autre temps dans un livre aux photos en noir et blanc. Désormais adulte, Neil Martinson enjoint à travers cet ouvrage son âme d’enfant de nous prendre par la main pour découvrir un lieu aujourd’hui complètement transformé par la gentrification.

"Hackney Archive". (© Neil Martinson)

Hackney Archive: Work and Life 1971-1985 est universel. Même sans connaître le quartier en question, la série de photos met en lumière la façon dont une époque pas si lointaine paraît, le temps passant et pour les plus jeunes, si éloignée. Pendant une quinzaine d’années, il a photographié ce qui l’entourait, c’est-à-dire la vie des autres. Au fil des pages du livre, on croise différents corps de métier, parfois aujourd’hui en déclin, tout en naviguant entre le tohu-bohu des rues et les douillets intérieurs britanniques.

La mode des imprimés du sol au plafond, des lampes à frange et la démocratisation des télévisions dans les maisons laissent peu de doute quant à l’époque concernée. Les images immortalisent la transition, pendant laquelle de nouvelles technologies s’invitent chez les foyers en même temps qu’il n’est pas si surprenant de voir un homme se balader en calèche.

"Hackney Archive". (© Neil Martinson)

Un ouvrage sur l’énergie de l’endroit

Le photographe écrit dans son livre que Hackney était "un endroit à fuir, avec ses bâtiments publics prêts à s’effondrer et son fort taux de chômage". Bien que présente, cette réalité n’est pas mise en premier plan des photos :

"Il y avait une vitalité et une résilience chez les locaux… Peu de personnes étaient propriétaires, il n’y avait pas de lotissements sécurisés ou de pubs gastronomiques. Des étudiants, des radicaux et des artistes emménageaient à Hackney. C’était une période stimulante pour être un photographe et un activiste."

Les images nous embarquent pour un voyage spatio-temporel se voulant exhaustif. On y rencontre des familles, des travailleurs et travailleuses, des jeunes et des moins jeunes, des visages souriants, revendicateurs ou las, dont le noir et blanc n’enlève rien à l’éclat.

"Hackney Archive". (© Neil Martinson)

"Hackney Archive". (© Neil Martinson)

"Hackney Archive". (© Neil Martinson)

"Hackney Archive". (© Neil Martinson)

"Hackney Archive". (© Neil Martinson)

"Hackney Archive". (© Neil Martinson)

"Hackney Archive". (© Neil Martinson)

"Hackney Archive". (© Neil Martinson)

Couverture de "Hackney Archive", de Neil Martinson, publié aux éditions Hoxton Mini Press.

Hackney Archive. Work and life 1971-1985 de Neil Martinson est disponible aux éditions Hoxton Mini Press.

À voir aussi sur arts :