AccueilPhoto

Les événements majeurs de l’indépendance algérienne immortalisés par Raymond Depardon

Publié le

par Donnia Ghezlane-Lala

Ses images de l’Algérie en 1961 et 2019 sont mises en regard avec les textes de l’écrivain algérien Kamel Daoud dans une expo "qui rapproche".

Les événements majeurs de l’indépendance algérienne immortalisés par Raymond Depardon

© Raymond Depardon/Magnum Photos

Ses photos en noir et blanc prises en 1961 et 2019, mises en textes par l’écrivain algérien Kamel Daoud, parlent d’une Algérie "qui rapproche", dit à l’AFP le photographe Raymond Depardon, à propos de son exposition "Son œil dans ma main" à l’Institut du monde arabe, visible jusqu’au 17 juillet 2022. Cette démarche artistique tente de "se défaire des grilles de lecture habituelles" concernant la relation France-Algérie, ajoute l’écrivain.

Née de la rencontre entre les deux hommes autour de photos prises par Raymond Depardon en 1961 en Algérie, à 19 ans, et jamais publiées pour la plupart, l’exposition se tient à l’occasion du soixantième anniversaire des accords d’Évian. Signés le 18 mars 1962, ils marquèrent officiellement la fin de la guerre d’Algérie et l’indépendance de pays.

L’événement présente 80 photographies de Raymond Depardon en 1961 à Alger et lors des premiers pourparlers d’Évian, puis en 2019 à Alger et Oran, accompagnées de textes inédits de Kamel Daoud, journaliste et écrivain. Ce travail collectif a d’abord donné naissance à un livre publié par les éditions algériennes Barzakh. Ni français, ni algérien, le point de vue est comme une passerelle qui relie les deux perspectives, "d’ordre universel", dit M. Daoud à l’AFP.

Boulevard Bugeaud, depuis l’Hôtel Aletti, Alger, 1961. (© Raymond Depardon/Magnum Photos)

Restituer la complexité

Leur démarche tente "de restituer la complexité au-delà du récit historique habituel dans un pays comme dans l’autre. Ce que je vois dans le regard de Raymond, c’est l’humain et le complexe […]. Il s’agit de chair, d’Hommes, de déni, de perdition, de déchirure, ce qui devrait être ramené au grand jour dans le récit de l’histoire" officielle, ajoute l’auteur. "J’ai essayé de regarder ses photos comme si je n’étais pas algérien, tout en l’étant", dit-il.

En 1961, raconte Raymond Depardon devant ses photos de l’Algérie, "plus aucun photographe parmi mes aînés ne voulait y aller, ils avaient fait les barricades, le discours d’Alger du général De Gaulle, le putsch d’Alger. Plus personne non plus ne voulait publier ces photos. On est juste après le référendum [sur l’indépendance de l’Algérie, ndlr], la période est terriblement douloureuse pour tous" et "l’atmosphère tendue entre la métropole et l’Algérie".

Square Guynemer, Alger, 1961. (© Raymond Depardon/Magnum Photos)

"Je n’avais jamais connu ça, il y avait un malentendu. Toutes les femmes de ma région natale étaient en colère contre ceux qui les privaient de leurs fils aînés, partis au service militaire [en Algérie], de leurs enfants dont certains ne revenaient pas", se souvient-il. "Moi j’y vais comme ça et ça se passe mal", malgré son "Leica pour aller vite" et son "téléobjectif", dit-il.

"Je fais quelques photos et je me fais casser l’appareil, je suis obligé de me planquer, je loue une chambre d’hôtel de laquelle je fais des photos, je monte sur les balcons […]. On craignait les attentats, les gens ne voulaient pas se faire photographier, on n’avait pas la possibilité de dialoguer, ni avec les Algériens, ni avec les Européens qui allaient repartir."

Accueilli "en ami"

Ces événements algériens "ont pourtant été décisifs" pour sa carrière qui l’a conduit ensuite au Tchad et dans d’autres pays africains. "Il fallait que quelqu’un puisse en parler", poursuit le photographe, qui a choisi de confier ses clichés à Kamel Daoud, "pour qu’il se les approprie".

Villa du Bois d’Avault, Bellevue, canton de Genève, Suisse, juin 1961. La délégation du Gouvernement provisoire de la République algérienne mène une politique de sensibilisation, en organisant des conférences et rencontres avec la presse étrangère. (© Raymond Depardon/Magnum Photos)

Parmi eux : les pourparlers d’Évian entre la France et le Front de libération nationale (FLN), pour lesquels il est seul accrédité auprès de la délégation algérienne. "Tous les négociateurs algériens sont morts", dit-il, en évoquant le "silence des éditeurs lorsqu’ils ont découvert les photos" de ces négociateurs en costumes.

Raymond Depardon est retourné avec émotion à Alger puis à Oran en 2019 "pour qu’enfin l’Algérie ait une image moderne" d’elle-même, dit-il, évoquant avec plaisir un voyage où il a été accueilli "en ami, pas en nostalgique".

Konbini arts avec AFP.

À voir aussi sur arts :