© Colorisé par Tom Marshall

L'horreur de l'Holocauste montrée à travers des photos colorisées

L'artiste Tom Marshall a colorisé une sélection de dix clichés du génocide pour un douloureux voyage dans le temps.

"C’était le projet le plus pénible sur lequel j’ai travaillé." À l’occasion du 75e anniversaire de la libération d’Auschwitz le 27 janvier dernier, le photographe Tom Marshall a décidé de coloriser dix images prises au cours des premiers mois de 1945.

Du camp d’Auschwitz à celui de Dora, sans oublier Dachau ou Ebensee, cette sélection d’images emporte le spectateur dans un douloureux voyage dans le temps qui nous emmène au plus près de l’horreur de l’Holocauste, mais cette fois-ci, en couleur.

Publicité

Des prisonniers affamés dans le camp de concentration d’Ebensee, en Autriche. (© Colorisé par Tom Marshall)

L’objectif de Marshall est atteint. Il estimait que ce projet "était une chose importante à faire, pour rappeler aux gens et en particulier aux jeunes générations, que cela s’est produit et que ce n’est pas si loin dans l’Histoire".

"Comme beaucoup de gens touchés par les horreurs qu’ils ont vues pendant la guerre, mon arrière-grand-père n’a jamais vraiment parlé de ses expériences à Bergen-Belsen. Et ces photos montrent pourquoi", a expliqué l’artiste.

Publicité

Ces nouvelles teintes, bien éloignées du noir et blanc que l’on associe habituellement aux images du passé, donnent vie aux clichés. Les couleurs animent ces corps émaciés, d’hommes, de femmes et d’enfants affamé·e·s et prisonnier·ère·s. Elles n’ôtent en rien l’authenticité de ces images. Au contraire, elles semblent même renforcer la violence de cette terrible réalité. Nul besoin de plus de mots pour qualifier ces photos, il suffit de les regarder.

Une jeune fille russe de 18 ans. La photo a été prise lors de la libération du camp de Dachau en 1945. C’était le premier camp de concentration allemand à avoir ouvert ses portes en 1933. (© Colorisé par Tom Marshall)

Deux détenus libérés de Lager Nordhausen, un camp de concentration de la Gestapo. Le camp comptait 3 000 à 4 000 détenu·e·s. "Les gens là-bas ont été affamés, battus et torturés." (© Colorisé par Tom Marshall)

Publicité

© Colorisé par Tom Marshall

Par Pénélope Meyzenc, publié le 06/04/2020