AccueilPhoto

Ce que raconte cette photo d’un père et son fils victimes de la guerre en Syrie

Publié le

par Lise Lanot

© Mehmet Aslan/Siena International Photo Awards 2021

Une photo bouleversante, signée Mehmet Aslan, qui a marqué le jury des Siena International Photography Awards.

Au premier abord, la scène paraît heureuse. Un père et son fils jouent dehors, l’enfant dans les bras de son père qui le tient en l’air. Pourtant, le cliché, immortalisé par le photographe turc Mehmet Aslan, raconte les horreurs de la guerre et des migrations. On y voit, à gauche, Munzir, un Syrien ayant "perdu sa jambe droite à cause d’une bombe larguée alors qu’il se baladait dans un marché d’Idlib".

Dans ses bras, son fils Moustapha. L’enfant souffre du syndrome de tetra-amélie, une maladie congénitale qui l’a privé de ses quatre membres. Le syndrome est une conséquence directe de la guerre en Syrie puisqu’il a été causé par "les médicaments que sa mère a dû prendre après avoir été empoisonnée au gaz neurotoxique". La famille vit désormais en Turquie, près de la frontière syrienne, et espère que Moustapha pourra un jour vivre avec des prothèses – quelque chose d’inaccessible pour le moment.

Image gagnante du concours : "La dureté de la vie". Munzir, le père du petit garçon, a perdu sa jambe droite à cause d’une bombe larguée alors qu’il se baladait dans un marché d’Idlib, en Syrie. Son fils Moustapha est né sans membres supérieurs et inférieurs à cause du syndrome de tetra-amélie, une maladie congénitale due aux médicaments que sa mère Zeynep a dû prendre après avoir été empoisonnée au gaz neurotoxique pendant la guerre en Syrie. Plus tard, Moustapha aura besoin de prothèses électroniques spéciales qui, malheureusement, ne sont pas encore disponibles en Turquie. District de Reyhanli, province de Hatay, Turquie. (© Mehmet Aslan/Siena International Photo Awards 2021)

L’image a été élue "photo de l’année" lors des Siena International Photography Awards (SIPA), prestigieux concours italien qui récompense chaque année des images dans chacune de ses catégories : "Voyages et aventures", "Animaux et leur environnement naturel", "Sports en action", "Création et nature morte", "Architecture et espaces urbains", "La Beauté de la nature", "Personnages et visages captivants", "Portfolio Storytelling", "Moins de 20 ans" et "Covid-19", le thème spécial de l’édition 2021. La photo de Mehmet Aslan fait partie de la catégorie "Documentaire et photojournalisme".

"Faire entendre nos voix"

Très puissante, l’image a énormément été partagée depuis son sacre. "La photo est parvenue au monde", a résumé la mère de Moustapha auprès du Washington Post : "Pendant des années, on a essayé de faire entendre nos voix auprès de quiconque écouterait, de trouver de l’aide pour un traitement. On donnerait tout pour lui offrir une vie meilleure."

Le photographe espère que son image permettra de mettre en lumière le besoin en prothèses de nombreux·ses enfants réfugié·e·s, afin que la guerre et ses lourdes conséquences ne soient pas oubliées.

Catégorie “Documentaire et photojournalisme” : Une manifestation aux visages de femmes. Des femmes manifestent en soutien à la figure de proue de l’opposition russe Maria Kolesnikova, arrêtée la veille. Elles se tiennent les mains liées afin de ne pas être arrêtées par les membres masqués et sans matricule des forces de l’ordre. La marche pacifique qui a eu lieu à Minsk le 8 septembre 2020 a été dispersée par des personnes sans identification, portant des cagoules et des uniformes militaires. Plus de 50 personnes (en grande majorité des femmes) ont été détenues.

Catégorie "Documentaire et photojournalisme" : "Une enfant joue dans une tannerie". Une enfant saute sur des déchets dans une tannerie de Hazaribagh. Pendant des décennies, la pollution des tanneries des sites industriels de Dhaka se déversait dans la rivière Buriganga, mettant à mal la vie aquatique et forçant la ville à dépendre de ses nappes phréatiques. En 2017, la tannerie a été relocalisée à Savar. Dhaka, Bangladesh. (© Andrew Biraj/Siena International Photo Awards 2021)

Catégorie "Documentaire et photojournalisme" : "Des incendies détruisent le camp de Moria". Deux avions et deux hélicoptères volent au-dessus du camp pour éteindre les feux, le 10 septembre 2020. Moria, Lesbos, Grèce. (© Jacob Ehrbahn/Siena International Photo Awards 2021)

Catégorie "Documentaire et photojournalisme" : "La dangereuse route de Lofa à Monrovia". Pendant la saison des pluies, la seule route qui relie Monrovia à Lofa devient très dangereuse. Des pluies torrentielles détériorent l’autoroute. De nombreuses personnes sont blessées à cause de camions retournés, les agriculteur·rice·s transportant leurs marchandises connaissent des pertes énormes, les personnes qui travaillent en ville ne peuvent y aller et ne peuvent plus subvenir aux besoins de leur famille. Les conséquences sont énormes. Liberia. (© Hannah Mauleffinch/Siena International Photo Awards 2021)

Catégorie "Documentaire et photojournalisme" : "Un moment cubain". "Au milieu des couleurs, à travers les lumières, les couleurs et les effets de mon flash, j’ai pu saisir la sincérité d’un moment de vie, de plaisir, et d’insouciance. Cuba." (© Massimiliano Faralli/Siena International Photo Awards 2021)

Pour voir l’ensemble des photographies primées par l’édition 2021 des Siena International Photography Awards, rendez-vous ici.

À voir aussi sur arts :