AccueilPhoto

Lors des funérailles du prince Philip, un photographe s’est caché dans un faux pilier

Publié le

par Lise Lanot

© Samir Hussein/Getty Images

Le photographe royal Arthur Edwards a passé trois heures caché dans un étroit pilier pour être au plus près du cercueil.

Avant son décès, survenu le 9 avril 2021, le prince Philip ne souhaitait rien laisser au hasard. L’époux d’Elizabeth II aurait lui-même eu l’idée de placer une fausse colonne d’observation en haut des marches de la chapelle Saint-Georges de Windsor, afin que son adieu au monde soit immortalisé de la façon la plus intime possible.

Si le photographe royal Arthur Edwards ne peut affirmer avec certitude qu’il s’agit là d’une idée du défunt monarque, il en est intimement convaincu, rappelant auprès de la présentatrice britannique Lorraine Kelly que Philip Mountbatten était féru d’ornithologie et avait construit de nombreuses cachettes de ce genre pour observer les oiseaux à Sandringham, la maison de campagne d’Elizabeth II. Le fait que la colonne soit apparue juste avant les funérailles du duc d’Édimbourg est une preuve, pour le photographe, qu’il s’agit bien là d’une l’idée de ce dernier. 

Pendant trois heures, Arthur Edwards est donc resté caché dans son faux pilier, immortalisant la procession de la famille royale et du cercueil à travers une étroite fente : "J’ai un peu paniqué quand le cercueil est arrivé et que les gardes se sont mis devant moi. J’ai cru que je n’allais plus rien voir mais, heureusement, j’avais un trou d’environ quatre mètres 50 devant moi qui m’a permis de prendre les photos les plus importantes."

Âgé de 80 ans, le photographe employé par le Sun depuis quatre décennies a affirmé que ces trois heures avaient "filé comme l’éclair", grâce notamment au déjeuner et au "gros coussin avec une couronne imprimée dessus" fournis par l’organe de presse du palais.

Depuis sa cachette, il a pu immortaliser sans déranger les adieux au prince Philip d’une famille qu’il a suivie à travers le monde, dans ses joies et ses peines : "J’ai photographié sept mariages royaux, quatre enterrements et sept naissances royales", écrit-il sur son compte Instagram.

La procession du duc d’Édimbourg arrive à la chapelle Saint-Georges, le 17 avril 2021. On aperçoit, en haut à gauche de l’image, le photographe Arthur Edwards, caché dans son faux pilier. (© Samir Hussein/Getty Images) 

À voir aussi sur arts :