AccueilPhoto

"Mon ami n’est pas d’ici", l’expo qui met en lumière les migrations africaines

Publié le

par Lise Lanot

© Nada Harib

Huit photographes du continent racontent les migrations entre Afrique subsaharienne et Afrique du Nord.

Jusqu’à la fin du mois d’août, l’Institut du monde arabe de Tourcoing présente "Mon ami n’est pas d’ici", une exposition réunissant les travaux de huit photographes originaires d’Algérie, d’Égypte, d’Érythrée, du Maroc, de Libye et du Soudan.

À l’origine de ce projet, une idée de la directrice du musée, Françoise Cohen, qui souhaitait "parler de la présence de l’Afrique subsaharienne en Afrique du Nord, c’est-à-dire la présence des Noir·e·s en Afrique du Nord", retrace le commissaire de l’exposition Bruno Boudjelal.

Haratins : born to serve. (© Seif Kousmate)

Les huit jeunes artistes (" pour la plupart exposés pour la première fois en France") présentent des travaux pluriels, entre photographie documentaire et séries moins figuratives, en noir et blanc ou en couleur, tournées autour des thématiques des déplacements et des migrations entre l’Afrique subsaharienne et l’Afrique du Nord :

"Dans une recherche très ouverte […], cette présentation cherche à susciter l’émergence de récits et de regards où s’expriment des présences, parfois souterraines, de communautés en mouvement ou en cours d’installation. Il ne s’agit pas de reportages mais de regards subjectifs issus du cœur de la société. Faite d’images et de mots, l’exposition exprime des positions artistiques et les témoignages de ces exilés."

Fragments of Ourselves. (© Hana Gamal)

Pluralité de regards, pluralité d’histoires

Rassemblés, les travaux du Soudanais Salih Basheer ; de l’Égyptienne Hana Gamal ; de la Libyenne Nada Harib, de l’Algérienne Lola Khalfa ; du Marocain Seif Kousmate ; de l’Érythréen Sinawi Medine ; du Franco-Marocain Malik Nejmi et du Soudano-Algérien Abdo Shanan visent à montrer la multiplicité des situations des migrations, qu’elles soient à court, moyen ou long terme.

La pluralité des images raconte une pluralité d’histoires. Lola Khalfa a par exemple basé sa série sur l’assassinat de Prosper Ndudzo, un étudiant zimbabwéen installé en Algérie, survenu le 5 février 2019 :

"Depuis je documente, à travers des archives, images, vidéos, dialogues et textes, la vie de quelques étudiants subsahariens établis en Algérie après avoir fini leurs études, une sorte de constellation et un journal intime qui renvoient à ce qu’aurait pu être la vie de Prosper, une façon de mettre l’accent aussi sur leurs quotidiens, leur intégration 'ou pas' et leurs interrogations", écrit la photographe algérienne.

De son côté, Seif Kousmate s’est intéressé aux Haratines, population du Sahara maghrébin "en proieà l’esclavage traditionnel basé sur l’ascendance en Mauritanie" ; tandis que Hana Gamal a employé "un rouge intense, un bleu meurtri et tout le noir et le blanc silencieux entre les deux" pour raconter un groupe de femmes soudanaises installées au Caire.

Vous n’êtes pas là par hasard. (© Malik Nejmi/Agence VU)

Je suis venu faire mes études. (©Lola Khalfa)

Vous n’êtes pas là par hasard. (© Malik Nejmi/Agence VU)

Libya, in transit. (© Nada Harib)

Libya, in transit. (© Nada Harib)

The Home Seekers. (© Salih Basheer)

The Home Seekers. (© Salih Basheer)

Haratins : born to serve. (© Seif Kousmate)

Forgotten Eritrean Refugees. (© Sinawi Medine)

Fragments of Ourselves. (© Hana Gamal)

Dry. (© Abdo Shanan)

"Mon ami n’est pas d’ici", à visiter à l’Institut du monde arabe de Tourcoing jusqu’au 22 août 2021.

À voir aussi sur arts :