AccueilPhoto

L'univers des paradis fiscaux mis en images par Paolo Wood et Gabriele Galimberti

Publié le

par Lisa Miquet

A man floats in the 57th-floor swimming pool of the Marina Bay Sands Hotel, with the skyline of “Central,” the Singapore financial district, behind him. Singapore

Souvent sujet d'actualité mais encore largement méconnus, les paradis fiscaux questionnent. Pour nous éclairer sur ce phénomène, le duo est allé enquêter sur place. 

Un employé de "Jetpack Cayman" fait une démonstration de ce nouveau sport nautique, maintenant disponible sur l'île. Un moteur de 2 000 chevaux  propulse le client hors de l'eau (359 dollars pour une session de 30 minutes). Mike Thalasinos, le propriétaire de la compagnie, remarque : "<em>Le Jetpack, c'est la gravité nulle, les Caïmans, c'est les impôts zéro, nous sommes au bon endroit !</em>" (© Paolo Wood et Gabriele Galimberti)

Par son aspect immersif, une œuvre peut aisément servir à dénoncer, comprendre ou expliquer notre monde. C'est pour cela que l'université Paris 2 Panthéon-Assas a décidé de s'associer aux rencontres d'Arles, pour débattre de grandes questions de société. En faisant cohabiter des spécialistes du monde universitaire, des entreprises mais aussi des figures de la photographie documentaire et artistique, ils tentent d'apporter un éclairage sur certains grands débats contemporains.

À l'heure où de nombreux scandales financiers éclatent, il semblait opportun de s'interroger sur la question des paradis fiscaux. Faisant souvent la une de l'actualité, notamment depuis l'affaire des "Panamas Papers", tout le monde parle de ces paradis fiscaux, sans vraiment visualiser ces parties du globe. À quoi ressemblent les îles Caïmans, le Panama ou encore Singapour et le quotidien sur ces territoires qui bouleversent l'économie mondiale ? Pour mettre une image sur ces centres financiers offshore qui nous sont finalement très abstraits, Paolo Wood et Gabriele Galimberti se sont rendus sur place pendant plus de deux ans. Ils ont sillonné ces territoires qui incarnent l'évasion fiscale avec une ambition : être capable de mettre en images ce sujet.

Au-delà de la prise de vues, les deux artistes ont dû réaliser un véritable travail d'investigation, comme l'explique Paolo Woods au site Focus Numérique :

"C'est notre savoir-faire et des mois de travail qui ont permis de tisser des relations et d'avoir les bons accès. Il faut bien comprendre que, souvent, ce qui se passe dans les paradis fiscaux n'est pas très moral, mais c'est légal. Si vous prenez les îles Vierges par exemple, 70 % du PIB vient de compagnies offshore. C'est connu et ils ne s'en cachent pas. [...] Il faut donc savoir bien présenter le projet et ne pas mentionner les paradis fiscaux, mais plutôt parler d'économie offshore. Et puis, il faut savoir que pour une photo réussie, nous avons essuyé peut-être 30 refus !"

Pour pouvoir intégrer cet univers très secret, ils ont même dû réellement créer une entreprise intitulée The Heavens, dont le siège social se situe dans le même bâtiment que 285 000 autres entreprises dont les géants Apple, Coca-Cola, Google ou encore Walmart. Sur les différentes images, on découvre des eaux cristallines, des villas et piscines à débordement ; ces lieux semblent donc être des sortes de parc d'attractions pour personnes privilégiées.

Loin d'être un phénomène abstrait et lointain, ces paradis fiscaux modifient véritablement l'économie mondiale, permettant à de nombreuses entreprises et individus de ne pas redistribuer les richesses. De l'argent volé à nos pays, qui appauvrit toujours plus les classes populaires. Cette série d'images nous pose donc des questions d'ordre moral et nous interroge sur le fonctionnement de notre économie. Ce projet avait déjà fait l'objet d'une exposition à Arles en 2015, qui avait fait grand bruit. Il est aujourd'hui de retour sur le devant de la scène dans le cadre d'une exposition à l’université Paris 2 Panthéon-Assas, événement accompagné d'un dispositif multimédia et de deux tables rondes. Un sujet primordial, intéressant à étudier à la vieille des élections présidentielles.

Tony Reynard (à droite) et Christian Pauli, dans l'une des voûtes de haute sécurité du Freeport de Singapour. M. Reynard est le président du Freeport de Singapour et M. Pauli est le directeur général de Fine Art Logistics de NLC qui, outre Singapour, possède également des chambres fortes à Genève, Monaco et Luxembourg. Le port de plaisance de Singapour, qui a été conçu et financé par une équipe suisse d'hommes d'affaires, est l'une des plus importantes baies de sécurité maximale au monde, où des milliards de dollars en art, en or et en espèces sont cachés. Situé juste à côté de la piste de l'aéroport de Singapour, le Freeport est une sorte de no man's land fiscal où les individus ainsi que les entreprises peuvent déposer des objets de valeur hors de tout contrôle fiscal, en toute confidentialité. (© Paolo Wood et Gabriele Galimberti)

En plus d'être l'un des centres offshore les plus importants au monde, les îles Caïmans sont également une destination touristique de premier plan, attirant les navires de croisière à bas prix voyageant dans les Caraïbes. Les touristes débarquent sur l'île pour une journée et font de nombreuses attractions, dont un "voyage en bateau pirate", avec des immigrants jamaïcains jouant les pirates. (© Paolo Wood et Gabriele Galimberti)

Ernst & Young à Londres. E & Y est l'une des quatre grandes sociétés d'audit. Elle compte 190 000 employés et plus de 700 bureaux dans plus de 150 pays. Il s'agit de la troisième entreprise de services professionnels au monde par le chiffre d'affaires agrégé. Elle fournit des services d'assurance, de vérification financière, de fiscalité et de conseil aux entreprises. Les quatre grands (PwC, Deloitte, KPMG et E & Y) sont souvent accusés d'être l'épine dorsale de la finance offshore et des stratégies agressives d'évitement fiscal. Ils contrôlent collectivement environ 99 % des entreprises FTSE 100. Ernst & Young était le vérificateur de Lehman Brothers juste avant la faillite de la banque d'investissement en 2008. Le dépôt de faillite de Lehman a été le plus important de l'histoire américaine et a joué un rôle majeur dans le déroulement de la crise financière mondiale. (© Paolo Wood et Gabriele Galimberti)

Un homme flotte dans la piscine au 57e étage du Marina Bay Sands Hotel, avec la <em>skyline</em> du "Central", le quartier financier de Singapour, derrière lui. (© Paolo Wood et Gabriele Galimberti)

Un casino haut de gamme est situé au 66e étage du Trump Ocean Club. Il dispose de ses propres restaurant, bar et piscine, où l'on peut nager avec une vue panoramique sur la ville. Un grand nombre des appartements dans les gratte-ciel de Panama sont sombres parce qu'ils sont inoccupés. Ceci est le résultat d'une bulle immobilière dont la plupart des observateurs conviennent qu'elle est alimentée par l'argent de la drogue de la Colombie et du Venezuela, blanchi par l'acquisition de propriétés au Panama. (© Paolo Wood et Gabriele Galimberti)

L'exposition "Paradis. Rapport annuel", de Paolo Wood et Gabriele Galimberti, se tient du 23 mars au 21 avril 2017 à l’université Paris 2 Panthéon-Assas.

À voir aussi sur arts :