AccueilPhoto

Cette photo d'une galaxie a été transformée en composition musicale

Publié le

par Lise Lanot

© Nasa/ESA/Hubble

Un morceau de la Nasa qui évoque les abysses de l'univers et ses infinis secrets.

Les amoureux·ses des mystères de l’univers peuvent se réjouir. En plus de profiter des clichés partagés par nombre d’astronautes et des images en libre accès de l’Agence spatiale européenne ou de s’essayer à l’astrophotographie, un duo de Canadiens propose également d’écouter l’univers – à la demande de la Nasa. Tout de suite, votre esprit avisé s’échauffe : "Mais, il n’y a pas de son dans l’univers, voyons !"

Vous avez tout à fait raison, cher·ère·s lecteur·rice·s, mais c’est précisément parce que l’univers a toujours été silencieux que l’agence spatiale américaine a souhaité, en 2019, retranscrire son ballet d’étoiles, de comètes et de planètes en composition musicale.

Les astrophysicien·ne·s en charge du projet ont choisi une image de l’univers prise par le télescope Hubble. Au centre de l’image, on distingue un "gigantesque amas de galaxies, une immense collection de milliers de galaxies, reliées par la force incessante de la gravité".

Le duo de scientifiques et musiciens Matt Russo et Andrew Santaguida a attribué des sonorités à chaque élément de l’image, transformée en partition, selon les caractéristiques de ces derniers. Les étoiles et les galaxies compactes sont "représentées par des sonorités courtes et claires", tandis que les galaxies spirales "émettent des notes plus complexes et plus longues" :

"On lit l’image de gauche à droite et la fréquence des sons évolue de bas en haut, allant de 30 hertz à 1 000 hertz. Les objets situés au bas de l’image produisent des notes graves et les objets les plus hauts des notes aiguës. La densité plus forte de galaxies au centre de l’image [un amas nommé "RXC J0142.9+4438"] donne lieu à un déferlement de tonalités moyennes au milieu de la vidéo."

Le morceau de 32 secondes est mystérieux, comme capté depuis les fonds marins. Il évoque les abysses et l’inconnu, une parfaite représentation sonore de l’infini de l’univers et de sa multitude de secrets.

© Nasa/ESA/Hubble

À lire également -> Un guitariste transforme ses photos d’oiseaux et de surfeurs en partitions musicales

À voir aussi sur arts :