AccueilPhoto

Un photographe a tiré le portrait de ses potes avec du ruban adhésif

Publié le

par Louis Lepron

© Wes Naman

Wes Naman est un photographe un peu timbré. Un jour, une idée lui vient : mettre du ruban adhésif sur le visage de ses potes.

Vous aimeriez faire un remake d’Elephant Man, de David Lynch ? Si vous avez un petit budget, préférez la débrouillardise aux effets spéciaux, comme Wes Naman. Ce photographe, qui alterne depuis dix ans entre journalisme et publicité, a produit une surprenante série où les portraits classiques sont détournés avec… du ruban adhésif. Les yeux sont fermés, les cheveux ne sont plus à leur place, les oreilles sont réduites à néant et les bouches sont remontées à hauteur du nez.

Pas étonnant, lorsqu’on considère le portfolio du photographe : les physionomies sont prises à partie, remises en cause, loin de la normalité physique dont les magazines essaient de nous convaincre. Pour éclaircir et donner une signification à ces visages particuliers et à ces photos barrées, on lui a posé quelques questions.

© Wes Naman

Konbini arts : Salut Wes ! Comment cette idée de mettre du ruban adhésif sur des visages t’est venue à l’esprit ?

Wes Naman : J’aime les photos à la fois marrantes et bizarres. Je me rappelle que gosse, j’aimais jouer avec du ruban adhésif et m’en mettre sur la tête. Récemment, mon assistant Joy Godfrey et moi, on s’amusait dans le studio […]. Il y avait du ruban adhésif qui traînait. On a donc entouré nos visages de ruban adhésif, en pensant que ce serait drôle. Ce n’est qu’à ce moment-là que j’ai compris l’intérêt esthétique du projet.

Pourquoi avoir réalisé cette série photo ?

Pour être honnête, on voulait juste se marrer. Tout le monde a eu hâte de savoir à quoi ressemblerait telle ou telle personne avec du ruban adhésif sur le visage. Plus on avançait, plus les cobayes ont essayé de nouvelles distorsions avec leur tête. D’une certaine manière, on accédait à leur caractère.

© Wes Naman

Était-ce une manière de faire des portraits différents ?

Exactement. Quand on regarde mon site, on voit bien que je n’aime pas les portraits typiques qu’on peut voir un peu partout. La série sur Halloween le démontre.

Est-ce que c’est aussi une critique contre une société obsédée par ses défauts et la perfection de ses physiques ?

J’aime cette question. J’espère que cette série d’images a une signification qui va plus loin, même si, quand j’ai réalisé les photos, je n’y pensais pas de cette manière.

© Wes Naman

© Wes Naman

© Wes Naman

© Wes Naman

© Wes Naman

© Wes Naman

À voir aussi sur arts :