AccueilPhoto

Pour faire son deuil, Lebohang Kganye se projette dans les photos de sa mère disparue

Publié le

par Pauline Allione

L’artiste sud-africaine revient sur la vie de sa génitrice, pour mieux la comprendre et traverser son deuil.

Pour faire son deuil, Lebohang Kganye se projette dans les photos de sa mère disparue

© Lebohang Kganye

Se replonger dans les albums photo de nos parents à l’époque où nous n’étions pas encore né·e·s a toujours une saveur particulière. Imaginer leur vie d’enfants, d’ados puis de jeunes adultes – inconnu·e·s des responsabilités qui incombent à la parentalité – est toujours compliqué pour un·e enfant.

Pour mieux comprendre l’histoire de sa mère, Lebohang Kganye, établie à Johannesburg, a décidé de se plonger dans son passé au sens propre. Telle une projection actuelle de sa maman, l’artiste trentenaire est venue se greffer aux vieux clichés sur lesquels elle apparaît.

Ka 2-phisi yaka e pinky II, Ke Lefa Laka : Her-Story, 2013. (© Lebohang Kganye)

Écrire une histoire commune

Sa série Ke Lefa Laka – Her-Story ("mon héritage – son histoire") a été réalisée entre 2012 et 2013, six ans après la mort de sa mère. "J’ai commencé à chercher des traces de ma mère dans la maison. J’ai trouvé de nombreuses photos et vêtements qui avaient toujours été là, mais que j’avais laissés de côté au fil des années", détaille l’artiste sur la plateforme curative de photographie PhMuseum.

Inspirée par La Chambre claire de Roland Barthes, la photographe sud-africaine a sélectionné une poignée de ces images, avant de se rendre sur les lieux immortalisés vêtue des mêmes tenues que sa mère et d’adopter des poses similaires. Résultat de ces photomontages, Lebohang Kganye apparaît comme un fantôme planant au cœur des jeunes années de sa mère.

Ke bala buka ke apere naeterese II, Ke Lefa Laka : Her-Story, 2013. (© Lebohang Kganye)

Cela se traduit par une superposition de l’artiste en transparence, ainsi qu’un léger décalage par rapport à sa maman, venant marquer le temps et l’écart générationnel qui les séparent. "Contrairement à Barthes cependant, je ne sais pas si j’ai trouvé ce que j’ai cherché dans ces traces fantomatiques. Ma reconnexion avec elle est devenue une manipulation visuelle pour 'son – notre' histoire."

Un endroit, deux époques

Loin de venir brouiller les images originales, cette doublure leur confère une profondeur spirituelle et porte nécessairement une réflexion sur les liens familiaux et la vie d’un parent. Mais surtout, ce voyage dans la jeunesse de sa mère a participé au deuil de l’artiste, lui permettant d’établir une connexion visible avec elle.

Re intshitse mosebetsing II, Ke Lefa Laka : Her-Story, 2013. (© Lebohang Kganye)

S’il parle indéniablement de la perte d’un être aimé, ce projet aborde également la construction de l’histoire et de l’identité, en tant que famille comme en tant qu’individu. La mère et la fille ont beau avoir grandi au même endroit, toutes deux ont connu un pays différent.

La première a évolué dans une Afrique du Sud divisée par l’apartheid, tandis que la seconde naissait un an après l’abolition de celui-ci. Si les images confondent Lebohang Kganye et sa mère dans la ressemblance de leurs traits comme de leurs postures, leurs vécus respectifs restent bien distincts, façonnés par un contexte politique, familial et culturel propre à chacune.

Tshimong ka hare toropo II, Ke Lefa Laka : Her-Story, 2013. (© Lebohang Kganye)

Setshwantso le ngwanaka II, Ke Lefa Laka : Her-Story, 2013. (© Lebohang Kganye)

Ke le motle ka bulumase le bodisi II, Ke Lefa Laka : Her-Story, 2013. (© Lebohang Kganye)

Ke monahano ke ntse ke le pating II, Ke Lefa Laka : Her-Story, 2013. (© Lebohang Kganye)

Re tantshetsa phaposing ya sekolo II, Ke Lefa Laka : Her-Story, 2013. (© Lebohang Kganye)

Re shapa setepe sa lenyalo II, Ke Lefa Laka : Her-Story, 2013. (© Lebohang Kganye)

Ke tsamaya masiu II, Ke Lefa Laka : Her-Story, 2013. (© Lebohang Kganye)

À voir aussi sur arts :