AccueilPhoto

Un sténopé fabriqué avec une canette de bière capture 8 années de course du soleil

Publié le

par Axel Savoye

© Regina Valkenborgh/University of Hertfordshire

Huit ans et un mois, c’est le temps d’exposition le plus long de l’histoire de la photographie connu à ce jour.

Cette photo a littéralement vu défiler 4 % de l’histoire de la photographie et 12 % du règne d’Élisabeth II. Huit ans et un mois, c’est le temps d’exposition le plus long de l’histoire de la photographie connu à ce jour. Le record est désormais détenu par Regina Valkenborgh, technicienne en photographie au Barnet & Southgate College, qui a surpassé les quatre ans et huit mois de Michael Wesely, nous rapporte PetaPixel.

Cette photo, qui vient d’entrer dans les annales de la photographie, est une solarographie, c’est-à-dire une image qui capture sur un temps long la course du soleil. Cet empilement d’arcs de lumière représente 2 953 trajectoires du soleil sur plus de huit années.

© Regina Valkenborgh/University of Hertfordshire

L’expérience a commencé en août 2012, lorsque Regina Valkenborgh, alors étudiante en art, a attaché sur le télescope d’un observatoire une canette de bière tapissée de papier photographique dans son intérieur et percée d’un minuscule trou laissant la lumière y entrer. L’étudiante a cependant oublié son appareil photo artisanal jusqu’à ce qu’un employé de l’observatoire, David Campbell, découvre la canette avec la photo à l’intérieur, huit ans plus tard.

La première étonnée du résultat est bien Regina Valkenborgh elle-même. En plus d’avoir oublié son sténopé, elle ne pensait pas que celui-ci continuerait de fonctionner aussi longtemps, comme elle l’explique :

"C’est un coup de chance que la photo soit intacte et ait été sauvée par David après toutes ces années. J’avais déjà essayé cette technique plusieurs fois à l’observatoire, mais les photos étaient souvent abîmées par l’humidité et le papier photographique se recroquevillait.

Je n’avais pas l’intention de prendre une exposition aussi longue et, à ma grande surprise, elle a survécu. Il pourrait s’agir de l’une des plus longues expositions, sinon la plus longue, qui ait jamais existé."

C’est aussi un coup de chance que le sténopé ait résisté toutes ces années à la météo, aux animaux sauvages et aux personnes trop curieuses. Cette technique de la chambre noire a beau dater des années 1920, il y a de quoi être époustouflé·e par le résultat. D’autant plus que l’on peut reproduire un résultat similaire avec des objets du quotidien comme une boîte hermétique à la lumière, du papier aluminium, une aiguille et bien sûr, du papier photo.

À voir aussi sur arts :