© Jack Kenyon

Un concours de beauté pour chats documenté dans une série photo extravagante

Dans la lignée de son compatriote Martin Parr, Jack Kenyon met en lumière le saugrenu. Rencontre.

De passage chez ses parents, à Bristol, Jack Kenyon s’est rendu compte qu’à moins de deux heures de là, à Birmingham, avait lieu le "Supreme Cat Show", un concours de beauté pour chats domestiques. Accompagné de sa mère, devenue son assistante le temps d’une journée, le photographe est parti à la conquête d’images félines, devenues une série drôle et touchante, Cat Worship.

Dans un hangar assez triste, l’artiste et sa mère sont tombés sur un fourmillement de personnes excitées avec leurs chats, tous plus extravagants les uns que les autres. Que ces derniers soient étouffés de poils ou nus comme des vers, Jack Kenyon les a passés en revue et les a immortalisés dans leurs cages opulentes ou tenus par leurs très fier·ère·s propriétaires.

Publicité

"Cat Worship". (© Jack Kenyon)

Ses lumières, et l’utilisation de son flash à l’intérieur, confèrent à la série une atmosphère clinquante, brillante et surréaliste qui colle tout à fait à l’excitation de ces concours de beauté animale.

Le photographe britannique, qui a passé quelques années à travailler en tant qu’assistant de photographes de mode, n’a pas fini ses pérégrinations puisqu’il s’est également mis à arpenter les concours canins. Nous avons eu l’occasion de poser quelques questions à cet artiste plein d’humour, passionné par le bizarre, dans la droite lignée de son compatriote Martin Parr.

Publicité

"Cat Worship". (© Jack Kenyon)

Konbini arts : Comment es-tu entré dans le monde des concours félins ?

Jack Kenyon : Eh bien en fait, le "Supreme Cat Show" est le premier concours auquel j’ai participé. On m’avait parlé de centaines de chats tous plus duveteux et farfelus les uns que les autres. Comment pouvais-je ne pas m’y rendre ?

Publicité

À quelles particularités techniques as-tu dû faire attention pour mener à bien un tel projet ?

Les chats, étant des chats, étaient pas mal agacés par l’attention constante dont ils faisaient les frais. J’ai dû leur murmurer pas mal de mots doux pour capturer les meilleures images possible. Avant de faire mes photos, je n’étais pas sûr de comment j’allais capter l’attention de chacun des chats mais leurs propriétaires m’ont beaucoup aidé, ils fourmillaient d’astuces.

"Cat Worship". (© Jack Kenyon)

Publicité

Comment as-tu géré la lumière de tes images ?

Le show avait lieu dans une immense salle bien morne, donc j’ai apporté mes propres lumières pour rendre mes photos un peu plus captivantes.

Quels obstacles as-tu rencontrés ?

Le paradoxe du choix ! Où que je pose les yeux se trouvaient des chats extravagants dans des cages excentriques donc c’était difficile de savoir par où commencer et par quoi finir.

"Cat Worship". (© Jack Kenyon)

"Cat Worship". (© Jack Kenyon)

"Cat Worship". (© Jack Kenyon)

"Cat Worship". (© Jack Kenyon)

"Cat Worship". (© Jack Kenyon)

"Cat Worship". (© Jack Kenyon)

"Cat Worship". (© Jack Kenyon)

"Cat Worship". (© Jack Kenyon)

"Cat Worship". (© Jack Kenyon)

"Cat Worship". (© Jack Kenyon)

"Cat Worship". (© Jack Kenyon)

"Cat Worship". (© Jack Kenyon)

"Cat Worship". (© Jack Kenyon)

"Cat Worship". (© Jack Kenyon)

Vous pouvez retrouver le travail de Jack Kenyon sur son site et sur son compte Instagram.

Par Lise Lanot, publié le 04/05/2020