AccueilPhoto

Un étrange cimetière de bus découvert dans une forêt aux États-Unis

Publié le

par Anaïs Chatellier

En plein milieu d'une forêt enneigée de Caroline du Nord, un jeune photographe américain a découvert un "cimetière de véhicules abandonnés". Les clichés qu'il a ramenés de cette virée urbex montrent une fois de plus comment la nature reprend le dessus sur les constructions humaines.

Ces images rappellent étrangement ce cimetière de voitures délaissées au milieu d'une forêt belge dont on vous parlait au début du mois de juillet. Entre épaves de véhicules et nature envahissante, les deux lieux pourtant géographiquement éloignés donnent cette même impression étrange au spectateur, celle de se retrouver face à une scène post-apocalyptique.

Johnny Joo, un jeune de 24 ans originaire de l'Ohio, a immortalisé ce lieu il y a cinq mois. Il déclare sur sa page Facebook :

C'était bizarre de voir comment des véhicules entiers étaient juste vautrés dans cette forêt. C'est comme si le temps s'était complètement arrêté, comme si l'apocalypse avait eu lieu il y a quelques années et que nous n'étions même pas au courant.

"La nature reprendra toujours le dessus"

Arrivé plus ou moins par hasard, le jeune photographe adepte de l'Urbex n'en revient pas. "C'est de loin un des endroits les plus fantastiques dans lesquels je suis allé", raconte-t-il. En effet, il découvre au milieu de cette forêt plus de 70 bus, tramways et trains, laissés à la merci de la nature. Alors qu'il commence à se demander comment des transports en commun provenant de Philadelphie et de New York ont pu se retrouver à plus de 800 kilomètres de leur lieu d'origine, un habitué l'accueille d'un air menaçant.

Tuyau de plomb à la main, prêt à se battre, l'homme ne voit pas d'un bon oeil la venue de cet étranger. Mais lorsqu'il comprend que Johnny Joo est juste là pour prendre des photos et explorer les lieux, il baisse sa garde. Le photographe comprend alors que quelques jours auparavant un "bagarreur" s'était rendu sur les lieux, d'où sa méfiance.

Il apprend aussi que tous ces transports en commun avaient été récupérés par un homme chargé de les réparer. Un amas de vieille féraille, qu'il abandonna par la suite puisqu'au fil des années ce genre de rame n'était plus en service. Avec ces photos, on est ainsi face à un véritable musée historique et naturel sur les transports en commun américains. Et comme il le dit très bien sur son site Internet, le plus fascinant c'est que :

La nature reprendra toujours le dessus sur l'architecture faite pas l'homme. Elle reprendra sa place et intègrera les bâtiments abandonnés dans l'environnement naturel, de manière artistique, en laissant la structure de nos créations et en créant une représentation abstraite de ce qu'ils étaient autrefois.

(Crédits Images : Johnny Joo)

Pour voir davantage de photos, rendez-vous sur son site Internet ou sur son Facebook.

À voir aussi sur arts :