AccueilPhoto

Une impressionnante image de la Nasa révèle l’origine des orages électriques sur Jupiter

Publié le

par Pénélope Meyzenc

© Nasa

Cette image lève le voile sur le phénomène de "foudre peu profonde" que l’on peut observer sur Jupiter.

La Nasa a capturé une fois encore un cliché inédit de Jupiter, sur lequel apparaît une "forme inattendue de décharges électriques", explique l’agence spatiale sur Instagram : une "foudre peu profonde qui provient d’un mélange unique d’ammoniaque et d’eau".

La plus grande planète de notre Système solaire se livre de plus en plus. Cette fois-ci, c’est grâce à une image captée par la sonde spatiale Juno que la Nasa a pu approfondir ses connaissances en termes "d’éclairs peu profonds", visibles sur la surface de Jupiter.

Voir cette publication sur Instagram

⚡Looking for a spark in your life? ⁣ ⁣ New results from our Juno mission suggest the planet is home to “shallow lightning.” An unexpected form of electrical discharge, shallow lightning comes from a unique ammonia-water solution. ⁣ ⁣ It was previously thought that lightning on Jupiter was similar to Earth, forming only in thunderstorms where water exists in all its phases – ice, liquid, and gas. But flashes observed at altitudes too cold for pure liquid water to exist told a different story. This illustration uses data obtained by the mission to show what these high-altitude electrical storms look like. ⁣ ⁣ Understanding the inner workings of Jupiter allows us to develop theories about atmospheres on other planets and exoplanets! ⁣ ⁣ Illustration Credit: NASA/JPL-Caltech/SwRI/MSSS/Gerald Eichstädt/Heidi N. Becker/Koji Kuramura⁣ ⁣ #ArtistConcept #LightningStorm #NASA #Jupiter #Juno #StormyWeather⁣ #Illustration

Une publication partagée par NASA (@nasa) le

Depuis la mission "Voyager", au cours de laquelle la Nasa a vu pour la première fois des éclairs joviens en 1979, l’agence gouvernementale était convaincue que la foudre de la planète était similaire à celle de la Terre, "ne se produisant que dans les orages où l’eau existe dans toutes ses phases – glace, liquide et gaz". Heidi Becker, responsable de l’enquête sur la surveillance des radiations de la mission "Juno", a expliqué sur le site de la Nasa :

"Les survols rapprochés de Juno aux sommets des nuages ​​nous ont permis de voir quelque chose de surprenant – des éclairs plus petits et moins profonds, provenant de plus haute altitude dans l’atmosphère de Jupiter qu’on ne le supposait auparavant."

Becker et son équipe suggèrent ainsi :

"Les puissants orages de Jupiter lancent des cristaux de glace d’eau haut dans l’atmosphère de la planète, à plus de 25 kilomètres au-dessus des nuages ​​d’eau de Jupiter, où ils rencontrent de la vapeur d’ammoniaque atmosphérique qui fait fondre la glace, formant une nouvelle eau ammoniacale. Résultat : à une altitude aussi élevée, les températures sont inférieures à moins 126 degrés Fahrenheit (moins 88 degrés Celsius) – trop froides pour que l’eau pure liquide existe."

À voir aussi sur arts :