AccueilPhoto

Une photographe a documenté sa stérilité dans un livre puissant et sans concession

Publié le

par Lise Lanot

© Elina Brotherus

Les autoportraits d’Elina Brotherus racontent ses luttes, sa peine et son acceptation finale.

En double page, l’image d’un amas de seringues affronte celle de plateaux d’huîtres, dans une mise en concurrence de produits censés doper sa fertilité. Quelques pages plus loin, c’est le dos nu, rougi et meurtri de la photographe Elina Brotherus qui s’affiche face à la photo d’une pièce de viande ensanglantée, dans un parallèle de corps malmenés, réduits à leur fonction charnelle et organique.

Suite à ce préambule, les années commencent à défiler. La série Annonciation débute en 2008 et, en même temps qu’elle, débute l’attente, celle d’Elina Brotherus pour tomber enceinte. L’artiste finlandaise se photographie chez elle, mise à nu, dans tous les sens du terme. Son corps est devenu une simple enveloppe charnelle, un objet de médecine, et elle le montre comme tel. Son ventre est couvert de bleus, ses épaules sont basses, son regard est lourd.

"Annonciation 29". (© Elina Brotherus)

Dans sa chambre, sa salle de bains, sa cuisine ou son salon, la photographe fait raconter à chaque parcelle de son corps les obstacles rencontrés et la détresse physique et mentale vécue. Quelques objets émaillent sa série de portraits : des boîtes de médicaments par dizaines, un test de grossesse négatif, une cuvette de toilette remplie de sang.

Un récit sans compromis

La dernière partie du livre est délocalisée. Elina Brotherus quitte le cocon de son domicile et nous emmène dans la nature. L’épilogue s’ouvre sur une photo d’elle faisant un doigt d’honneur à l’objectif, son chiot dans les bras. L’image est intitulée "Mon chien est plus mignon que ton bébé tout moche" et annonce les nouvelles pages où s’écrira l’existence de la photographe. La vie continue pour Elina Brotherus, puisque, tel que le souligne la maison Kehrer Verlag, qui édite l’ouvrage : "Même une histoire sans espoir et à la fin malheureuse ne signe pas La Fin."

Carpe Fucking Diem n’est pas un récit de conte de fées où le personnage principal surmonte des obstacles pour atteindre son rêve. Ici, le chemin est long et douloureux, et la résolution en suspens, en accord avec l’esprit authentique d’un ouvrage qui refuse l’autocensure et dont le titre enjoint le lectorat à tout simplement "cueillir ce putain de jour".

"My Dog Is Cuter Than Your Ugly Baby". (© Elina Brotherus)

"Annonciation 10". (© Elina Brotherus)

"Annonciation 5, Avallon 19/12/2011". (© Elina Brotherus)

"Giraffe". (© Elina Brotherus)

"Annonciation". (© Elina Brotherus)

"Annonciation 25, Medication". (© Elina Brotherus)

"Annonciation 29, Lone". (© Elina Brotherus)

"Oysters". (© Elina Brotherus)

"Sleeping Puppy". (© Elina Brotherus)

"Mirror Piece". (© Elina Brotherus)

"Marcello’s Theme. (© Elina Brotherus)

Couverture de "Carpe Fucking Diem" d’Elina Brotherus, publié chez Kehrer Verlag.

Carpe Fucking Diem, le livre d’Elina Brotherus, est disponible aux éditions Kehrer Verlag.

À voir aussi sur arts :