AccueilPhoto

Les vainqueurs des Sony World Photography Awards 2017 ont été annoncés

Publié le

par Lise Lanot

Ce jeudi 20 avril au soir, à Londres, les Sony World Photography Awards ont annoncé les gagnants de leur compétition dédiée à la photographie.

<em>Shepherd</em>, 2017. Au nord du Monténégro, un berger marche en direction de son troupeau de moutons, avec un balai à la main. Le balai est utilisé afin d'enlever la neige qui recouvre le dos des moutons. (© Frederik Buyckx, Belgique, photographe de l'année, professionnel, catégorie paysage, Sony World Photography Awards 2017)

On attendait cela depuis un moment. Après l'annonce de l'attribution au grand Martin Parr d'un prix pour sa "contribution exceptionnelle au monde de la photographie" et le nom de Kevin Faingnaert révélé comme le gagnant d'un concours annexe organisé conjointement par la World Photography Organization et la marque Zeiss, les noms des gagnants des Sony World Photography Awards ont été révélé.

Comme nous le rappelions il y a quelques mois, le concours propose quatre compétitions différentes : sont récompensés des photographes professionnels, amateurs, jeunes (entre 12 et 19 ans) et des étudiants en photographie. Dix catégories sont proposées aux compétiteurs professionnels et amateurs. Les catégories pour les professionnels sont l'architecture, la nature morte, le portrait, la photographie conceptuelle, le paysage, les affaires contemporaines, la nature, la vie quotidienne, l'actualité et le sport. Et pour les amateurs : l'architecture, la culture, le montage photographique, le mouvement, la nature, la faune, le portrait, la nature morte, la photographie de rue et le voyage. Pour chaque catégorie, trois gagnants ont été désignés par le jury.

Des photos qui dressent le portrait de notre monde au XXIe siècle

La sélection finale est donc très dense, mais les images des finalistes et des vainqueurs sont particulièrement intéressantes, puisqu'en plus de leur qualité esthétique, elles permettent de faire un état des lieux en images de notre monde à l'heure actuelle. Les quatre coins du globe sont représentés. On retrouve ainsi des sujets aussi variés que le statut de la femme divorcée en Arabie Saoudite, les bordels grecs ou les inondations du sud des États-Unis.

Le grand gagnant du titre de "photographe de l'année" dans la compétition professionnelle est le photographe belge Frederik Buyckx. Il a marqué le jury avec sa série Whiteout, consacrée au mode de vie des habitants de régions très froides, qu'il décrit ainsi :

"Il y a une transformation particulière de la nature quand l'hiver arrive et que la neige et la glace dominent le paysage, et les hommes et les animaux doivent faire face à un temps extrême. La série explore cette lutte contre la disparition du paysage sous un lourd manteau de neige.

Ces photos ont été prises dans les Balkans, en Scandinavie et en Asie centrale, des endroits reclus où les gens vivent isolés la plupart du temps et proches de la nature. Une existence dure, en lutte contre des forces surhumaines."

Buyckx a aussi gagné le prix de la catégorie Paysage. Son travail a été sélectionné parmi 227 000 soumissions provenant de 183 pays. L'heureux vainqueur repart de cette compétition avec la coquette somme de 25 000 dollars (environ 23 000 euros). Parmi les autres gagnants, on retrouve le photographe russe Alexander Vinogradov pour son portrait d'une toute jeune fille aux airs de la Mathilda de Luc Besson (catégorie ouverte), l'Argentine Michelle Daiana Gentile pour sa série consacrée à une usine de papiers en réouverture (photographie étudiante) et l'Américaine Katelyn Wang pour son image du lac Pehoé au Chili (jeune photographe).

<em>Donkey</em>, 2017. Un âne se remet sur ses pattes après avoir glissé dans la neige des montagnes albanaises. (© Frederik Buyckx, Belgique, photographe de l'année, professionnel, catégorie paysage, Sony World Photography Awards 2017)

<em>Mathilda</em>, 2017. <em>"Mon œuvre est un portrait d'une jeune fille nommée Nastya, qui a posé pour moi à Moscou à l'été 2016. J'ai été inspiré par le célèbre film français </em>Léon<em>, avec Natalie Portman et Jean Reno. C'est pour cette raison que j'ai appelé ce portrait </em>Mathilda<em>, prénom du personnage joué par Portman dans le film." </em>(© Alexander Vinogradov, Russie, photographe de l'année en catégorie ouverte, portraits, Sony World Photography Awards 2017)

<em>Only Hope</em>, 2017. <em>"Quand je pense aux émotions, je pense à la souffrance mais aussi à l'espoir. Dans chaque endroit de cette vieille fabrique de papier, je ressentais autant la souffrance que l'espoir de ses anciens ouvriers. Le passage du temps est présent partout. Tandis que l'intérieur est resté solide, l'extérieur s'est effondré. Quand quelqu'un ne peut pas clairement voir ce que le futur apportera, tout devient flou. C'est la définition de l'incertitude. Cinq ans ont passé depuis que les ouvriers ont décidé de restaurer l'usine, cinq années durant lesquelles ils ont protégé ce bâtiment abandonné parce qu'ils croyaient en ses possibilités. Les dix jours que j'ai passé avec ces ouvriers m'ont permis de comprendre leur regard, de voir leur tristesse, mais aussi leurs rêves et leurs certitudes. Ils m'ont dit que chaque perte marquait leur regard, leur façon de s'exprimer, leur corps et leur esprit. Ils avaient commencé à se demander pourquoi ils enduraient tant d'épreuves, mais immédiatement après ce genre de pensées, l'idée de résistance était apparue. Se rétablir signifie retrouver quelque chose qu'on avait perdu. Se rétablir signifie retrouver sa connexion avec soi-même et avec les autres. Se rétablir, c'est s'accrocher à l'étincelle de nos désirs et de nos rêves. L'étincelle entre à travers la lumière qui éclaire les fenêtres de l'usine et a pour nom 'l'espoir'."</em> (© Michelle Daiana Gentile, Argentine, photographe étudiante de l'année, Sony World Photography Awards 2017)

<em>On Top of the World,</em> 2017. <em>"Au-dessus du lac Pehoé au Chili, je me suis sentie invincible. J'ai regardé la vue et elle dépassait toutes les photos que j'avais jamais vues dans ma vie. J'ai pris cette image au parc national de Torres del Plaine, au sud du Chili, durant mon voyage là-bas en mars 2016. Je ne peux exprimer ce que j'ai ressenti en me tenant là-haut, mais j'espère que cette photo me permettra de partager cet incroyable moment avec vous tous. C'était tout simplement magnifique."</em> (© Katelyn Wang, États-Unis, jeune photographe de l'année, catégorie beauté, Sony World Photography Awards 2017)

<em>Caught in the Crossfire</em>, 2017. <em>"Des hommes irakiens de la région d'Hawja attendent d'être interrogés par le personnel de sécurité kurde d'une base située près de Kirkuk. Ayant fui des zones sous le contrôle de Daech, les hommes et garçons en âge de combattre doivent être approuvés par les forces de l'ordre, afin de vérifier qu'ils n'ont aucun lien avec le groupe avant d'être autorisés à rejoindre leur famille dans les camps situés dans les régions contrôlées par les Kurdes."</em> (© Ivor Prickett, Irlande, 3e place, professionnel, catégorie actualité, Sony World Photography Awards 2017)

<em>Studio 03</em>, 2017. <em>"La prostitution est légale en Grèce et les autorités ont décidé que tous les bordels devaient posséder un permis. Il y a plusieurs sortes de bordels, ceux de la classe supérieure sont appelés 'Studio'. La différence avec les bordels habituels se trouve dans les immeubles, plus discrets, l'attitude des prostituées, plus polies, et le prix, forcément plus élevé."</em> (© Diego Mayon, Italie, 3e place, professionnel, catégorie architecture, Sony World Photography Awards 2017)

<em>Nassiba</em>, 2017. <em>"La société restreint les droits des divorcées. Ce qu'on peut ou ne pas faire est sous le contrôle d'autrui. En tant que mère célibataire indépendante, j'ai accepté les sacrifices que je me devais de faire tout en parvenant à trouver le chemin de mon propre bonheur."</em> Nassiba, styliste de mode à Jeddah. (© Tasneem Alsultan, Arabie saoudite, 1re place, professionnel, catégorie affaires contemporaines, Sony World Photography Awards 2017)

<em>Overlap - Freeway</em>, 2017. (© Dongni, Chine, 1re place, professionnel, catégorie architecture, Sony World Photography Awards 2017)

<em>Russia Close-Up #2</em>, 2017 (© Alexander Anufriev, Russie, 2e place, professionnel, catégorie photographie conceptuelle, Sony World Photography Awards 2017)

<em>The Twins' gymnastics dream</em>, 2017. <em>"Cette série a été prise dans l'école sportive de Jining, dans la province de Shandong en Chine. Liu Bingqing et Liu Yujie sont des sœurs jumelles qui aiment la gymnastique depuis qu'elles sont toutes petites. Elles ont étudié, se sont entraînées et ont grandi ici." </em>(© Yuan Peng, Chine, 1re place, professionnel, catégorie sport, Sony World Photography Awards 2017)

<em>Flooding</em>, 2017. Une personne devant le porche de sa maison, entourée par une inondation, à Port Vincent en Louisiane. (© Joe Raedle, États-Unis, 2e place, professionnel, catégorie actualité, Sony World Photography Awards 2017)

<em>We are taking no prisoners</em>, 2017. Syrte, Libye, 26 novembre 2016 : un soldat des forces libyennes affiliées au gouvernement de Tripoli se repose tandis que, dehors, les combats contre Daech se poursuivent aux alentours d'Al Jiza. (© Alessio Romenzi, Italie, 1re place, professionnel, catégorie actualité, Sony World Photography Awards 2017)

À voir aussi sur arts :