AccueilPhoto

Vogue Italia met à l'honneur les animaux en couv' de son premier numéro de l'année

Publié le

par Donnia Ghezlane-Lala

© Heji Shin

Des oiseaux, des abeilles, des agneaux, des loups, des chiens sont ainsi célébrés dans Vogue Italia...

Au début de chaque nouvelle année, Vogue Italia innove ses unes. Pour 2020, la publication avait inauguré le premier numéro sans photos, exclusivement composé de dessins, afin de réduire son empreinte carbone liée à la production de shootings photo.

Pour 2021, la rédaction signe un numéro où les animaux sont les stars (et non les modèles humain·e·s). Ici, les mannequins ne sont que des seconds rôles et l’accent est mis sur des oiseaux, des abeilles, des agneaux, des loups, des chiens…

© Alessandra Sanguinetti

Ces sept couvertures alternatives ont été shootées par Heji Shin, Andres Serrano, Alessandra Sanguinetti, Johnny Dufort et Tschabalala Self. Intitulé "The Animal Issue", le numéro aurait pour but de "sensibiliser à l’urgence environnementale", après une année notamment marquée par le massacre de millions de visons au Danemark.

"Il y a un an, nous avons envoyé un petit message symbolique en produisant un numéro sans photos de mode. Grâce à cela, nous avons réduit notre empreinte carbone, au moins un mois, en rappelant que nous ne pouvons pas demander aux autres de changer leurs habitudes si nous ne montrons pas en premier notre propre engagement.

Cette fois-ci, nous avons laissé les animaux prendre le dessus… Les animaux n’existent pas pour nous servir ou pour remplir des fonctions selon nos désirs. Les effets du coronavirus nous ont rappelé cela, la manière dont il est arrivé dans notre existence et comment il a changé nos modes de vie, laissant la nature reprendre ses droits. Il semble évident que l’industrie de la mode, comme toute autre activité économique, doit se demander où sont les limites de l’exploitation des ressources naturelles", a déclaré Emanuele Farneti, le rédacteur en chef.

Si Vogue Italia tente de s’associer à des projets de "fourrure responsable" et de prendre un tournant écologique, ses pages restent remplies de pubs dédiées à des marques qui ne voient aucun problème à tuer des millions d’animaux par an pour des sacs et des manteaux.

© Andres Serrano

© Heji Shin

© Heji Shin

© Johnny Dufort

© Johnny Dufort

À voir aussi sur arts :