© Albert Dros

Les vues aériennes de ce photographe sont en fait... des macros

Une expérience pour prouver qu'il n'est pas toujours nécessaire de photographier les endroits les plus impressionnants.

En voyage en Islande, le photographe néerlandais Albert Dros s’est essayé à la macrophotographie sur du "sable noir" d’origine volcanique, vers Stokksnes, une région montagneuse située sur la côte du pays. Lors de ses expérimentations, l’artiste a utilisé un objectif simple de 28-75 mm, a joué avec l’orientation de la lumière du Soleil et s’est intéressé aux motifs tracés par les marées et les vents violents de la région.

Les clichés, raconte le photographe à PetaPixel, lui ont beaucoup plu pour leur style abstrait tout en lui rappelant certaines de ses images aériennes prises par le passé. Ces ressemblances lui ont donné des idées : il a décidé de faire croire à ses abonné·e·s que ses images hyper-zoomées étaient des photographies prises du ciel.

Publicité

"Black Desert". (© Albert Dros)

"Voici des images de ma nouvelle série abstraite 'Black Desert'. Cet endroit est situé dans une région isolée d’Islande. Je l’ai repérée sur Google Earth et j’ai décidé de m’y rendre. Personne ne vit là-bas, c’est juste un endroit rempli de sable noir (de la cendre volcanique).

On y trouve de nombreux petits ruisseaux et fleuves, certains secs, d’autres non. Vu du ciel, c’est absolument surréaliste. Cette série d’images prouve à quel point cet endroit est unique. Je l’appelle le 'désert noir' à cause de son sable noir. Quand il y a du soleil et qu’on photographie ces motifs depuis le bon angle, tout semble se transformer en or", a-t-il écrit sur son compte Instagram.

Il semble que personne n’ait vraiment découvert le pot aux roses. Bien qu’Albert Dros affirme"détester mentir à ses abonné·e·s", il raconte avoir entrepris cette expérience pour montrer que "la beauté de la photographie de paysages ne vient pas forcément des choses les plus impressionnantes" :

Publicité

"J’adore immortaliser des scènes incroyables, des scènes avec des angles compliqués, d’incroyables lumières sur des montagnes etc., mais aussi passer des heures à regarder ces minuscules textures et observer comment la lumière les frappait. Photographier ces motifs de façon à ce que personne ne puisse vraiment savoir ce qu’ils regardaient était vraiment satisfaisant."

"Black Desert". (© Albert Dros)

 

Publicité

"Black Desert". (© Albert Dros)

"Black Desert". (© Albert Dros)

"Black Desert". (© Albert Dros)

Publicité

"Black Desert". (© Albert Dros)

"Black Desert". (© Albert Dros)

"Black Desert". (© Albert Dros)

Vous pouvez retrouver le travail d’Albert Dros sur son site et sur son compte Instagram.

Par Lise Lanot, publié le 18/05/2020