AccueilStreet art

Autodétruite, La Fille au ballon de Banksy s’envole de nouveau aux enchères

Publié le

par Donnia Ghezlane-Lala

© Banksy/Sotheby’s

Cet événement exceptionnel représente un nouveau record de vente pour une œuvre de Banksy.

Trois ans après avoir fait sensation en s’autodétruisant partiellement, La Fille au ballon de l’artiste britannique Banksy s’est envolée, ce jeudi 14 octobre, pour près de 18,6 millions de livres Sterling (21,8 millions d’euros) aux enchères à Londres. C’est un nouveau record pour l’artiste britannique.

Rebaptisée L’Amour est dans la poubelle (Love is in the Bin), l’œuvre vendue chez Sotheby’s dans la capitale britannique dépasse ainsi largement le précédent record atteint par un Banksy. En mars 2021, Game Changer, une toile mettant à l’honneur les soignant·e·s en période de pandémie, avait été vendue pour 16,75 millions de livres Sterling (19,5 millions d’euros) au profit du service public de santé britannique.

Très rapidement après le début de la vente, les offres ont tourbillonné jusqu’à pulvériser le prix de 1,042 million de livres (1,185 million d’euros) auquel le tableau avait été vendu à une collectionneuse européenne en 2018. "Je ne peux pas vous dire à quel point je suis terrifié à l’idée d’abattre ce marteau", a lancé le commissaire-priseur Oliver Barker, sous les rires de l’assistance, avant d’adjuger l’œuvre à 16 millions de livres Sterling – montant auquel s’ajoutent près de 2,6 millions de livres de frais – à un collectionneur privé d’Asie.

La dernière apparition de l’œuvre, en octobre 2018, avait en effet avait suscité la stupéfaction dans le monde entier. À peine le coup de marteau avait-il retenti qu’un broyeur dissimulé dans le cadre avait réduit en lambeaux la moitié inférieure de la toile, qui représente une petite fille lâchant un ballon rouge en forme de cœur, ne laissant intact que le ballon sur fond blanc.

Il s’agissait de "l’un des moments les plus ingénieux de la performance artistique de ce siècle", qui avait "fait rentrer cette vente aux enchères dans l’histoire", a souligné Alex Branczik, responsable de l’art moderne et contemporain chez Sotheby’s Asie, dans un communiqué.

L’œuvre d’art préférée des Britanniques

Avec cette action retentissante, qui avait provoqué un véritable séisme dans le milieu de l’art, l’artiste de rue avait pour ambition de dénoncer la "marchandisation" de l’art. Mais depuis ce coup d’éclat, Banksy affole les ventes aux enchères, où ses œuvres atteignent des records. Il faut préciser que l’artiste anonyme ne cautionne pas du tout l’exposition et la vente de ses œuvres ; elles ont lieu malgré lui.

"Lors de cette soirée surréaliste il y a trois ans, je suis devenue par accident la privilégiée propriétaire de L’Amour est dans la poubelle", avait rappelé l’acheteuse, citée dans le communiqué de Sotheby’s annonçant la vente, "mais il est maintenant temps de s’en séparer".

Avant même cette notoriété planétaire, La Fille au ballon, apparue pour la toute première fois en 2002 sous forme de graffiti réalisé au pochoir sur un mur de la rive sud de Londres, avait déjà été désignée comme l’œuvre d’art préférée des Britanniques.

Vendredi, une version en diptyque de La Fille au ballon sera mise aux enchères, également dans la capitale britannique, cette fois chez Christie’s. Réalisée en 2005, la toile en deux parties est estimée entre 2,5 et 3,5 millions de livres Sterling (entre 2,9 et 4,1 millions d’euros).

L’artiste, qui s’est fait connaître par une série de graffitis apparaissant sur des bâtiments, entretient le mystère sur son identité. En 2005, il avait réalisé le graffiti Le Lanceur de fleurs sur un mur de Jérusalem, représentant un manifestant masqué sur le point de lancer un bouquet de fleurs.

En octobre 2013, il avait fait des rues de New York son terrain de jeu en dessinant presque une œuvre par jour pendant un mois, ses fans se faisant chasseur·se·s de trésor à ses trousses. Banksy utilise également sa bombe de graffeur pour manifester son opposition au Brexit, son soutien aux migrant·e·s, ou encore pour alerter sur l’urgence climatique.

Avec AFP.

À voir aussi sur arts :