AccueilStreet art

Banksy affrète un navire pour porter secours aux migrants en Méditerranée

Publié le

par Lise Lanot

© Ruben Neugebauer/Sea-Watch

Le navire, baptisé "Louise Michel" et commandé par la militante Pia Klemp, a déjà secouru 89 personnes.

Banksy a financé un nouveau navire pour porter secours aux migrant·e·s en Méditerranée. Le bateau est déjà sur zone et a secouru 89 personnes, a révélé jeudi soir le journal britannique The Guardian. Le street artiste britannique n’est pas étranger à la cause : il a déjà pris position plusieurs fois pour mettre en lumière et aider celles et ceux qui sont forcé·e·s de quitter leur pays et de mettre leur vie en danger.

Baptisé "Louise Michel", du nom de l’anarchiste française du XIXe siècle, le navire décoré d’un graffiti de l’artiste britannique est parti le 18 août du port espagnol de Borriana, près de Valence, selon le Guardian. Il a été affrété dans le plus grand secret et a récupéré jeudi 89 personnes – dont 14 femmes et deux enfants – en Méditerranée centrale, toujours selon ce journal. Ce dernier ne précise pas la position exacte du bateau : "Il recherche maintenant un port maritime sûr pour débarquer les passagers ou les transférer sur un navire des garde-côtes européens."

© Ruben Neugebauer/Sea-Watch

Le quotidien a publié plusieurs clichés du bateau, peint en rose et blanc, avec un graffiti manifestement de Banksy représentant sa célèbre Girl with BalloonLa jeune fille porte ici un gilet de sauvetage et brandit une bouée en forme de cœur.

L’équipage est composé d’une dizaine de membres, des "activistes européens avec une longue expérience des recherches et des secours en mer". Son capitaine est Pia Klemp, une militante allemande pour les droits de l’homme, connue pour avoir conduit plusieurs autres navires de sauvetage, dont le Sea-Watch 3.

"Combat antifasciste"

Le bateau est un ancien navire des douanes françaises. Avec 31 mètres de long, il est de plus petite taille, mais considérablement plus rapide que les habituels navires des ONG intervenant dans la zone, lui permettant de prendre de vitesse les garde-côtes libyens.

L’artiste ne serait pas à bord, assure le Guardian, qui ajoute que toute l’opération a été montée entre Londres, Berlin et Borriana. Banksy a contacté Pia Klemp en septembre 2019, qui a d’abord cru à un canular. "Bonjour Pia, j’ai lu ton histoire dans les journaux. Tu as l’air d’une dure à cuire", lui a-t-il écrit dans un mail.

"Je suis un artiste du Royaume-Uni et j’ai travaillé sur la crise des migrants, évidemment je ne peux pas garder l’argent. Pourrais-tu l’utiliser pour acheter un nouveau bateau ou quelque chose comme ça ? S’il te plaît, tiens-moi au courant", disait ce message, signé "Banksy".

© Ruben Neugebauer/Sea Watch

Pia Klemp estime que Banksy l’a sollicitée pour son engagement politique : "Je ne vois pas le sauvetage en mer comme une action humanitaire, mais comme faisant partie d’un combat antifasciste", a-t-elle déclaré.

Elle affirme s’être assurée que ce sponsor hors du commun se limiterait à fournir le soutien financier à l’équipée : "Banksy ne va pas faire croire qu’il peut mieux que nous diriger un bateau et nous n’allons pas faire semblant que nous sommes des artistes." Les dix marin·e·s du Louise Michel se disent tou·te·s "des activistes antiracistes et antifascistes partisans de changements politiques radicaux", précise le Guardian.

Convergence des luttes

Selon Lea Reisner, une infirmière en charge à bord des opérations de secours, le projet est "d’abord anarchiste, puisqu’il entend défendre la convergence des luttes pour la justice sociale, dont les droits des femmes et des LGBTQI, l’égalité raciale, les droits des migrants, la défense de l’environnement et les droits des animaux".

Et "puisqu’il s’agit d’un projet féministe, seules les membres d’équipages féminins sont autorisées à s’exprimer au nom du Louise Michel". Pour Claire Faggianelli, autre participante au projet, il s’agit de "réveiller les consciences européennes […]. Réveillez-vous ! ".

Cette annonce intervient alors que l’année 2020 est marquée par une recrudescence d’embarcations en Méditerranée centrale, route migratoire la plus meurtrière du monde pour les candidat·e·s à l’exil vers l’Europe, essentiellement venu·e·s de Libye et de la Tunisie voisine, selon le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugié·e·s (HCR).

De nombreuses petites embarcations de migrant·e·s, souvent des Tunisien·ne·s, ont notamment accosté tout l’été sur l’île italienne de Lampedusa, au sud de la Sicile. Le Sea-Watch 4, un navire des ONG Médecins sans frontières et Sea-Watch, est présent dans la zone depuis mi-août. Il a déjà effectué plusieurs sauvetages, récupérant à son bord plus de 200 personnes.

Dernier navire revenu de Méditerranée centrale, l’Ocean Viking – affrété par SOS Méditerranée – avait débarqué en Sicile début juillet avec 180 migrant·e·s, avant d’être immobilisé par les autorités italiennes pour des "raisons techniques".

Avec AFP.

À voir aussi sur arts :