AccueilStreet art

Pourquoi cette fresque a-t-elle suscité la colère à Détroit ?

Publié le

par Lise Lanot

© Detroit Institute of Arts

L’artiste elle-même aimerait voir son œuvre retirée.

En 2018, le Detroit Institute of Arts subventionnait et commandait à l’artiste Nicole Macdonald une fresque pour le poste de police de Sterling Heights, situé au nord de la ville. L’œuvre a été installée et célébrée le 1er juin 2021, devant un parterre d’officiel·le·s, dont le directeur adjoint du musée en question.

Intitulée To Serve and Protect ("Servir et protéger"), cette fresque montre un groupe de policier·ère·s en uniforme, têtes baissées et mains mêlées, devant un grand drapeau états-unien. Découvrant l’œuvre, des internautes ont fait part de leur incompréhension de voir un musée financer un projet lié à la police et honorant son travail.

Nicole Macdonald, "To Serve and Protect". (© Detroit Institute of Arts)

Artistes et anonymes ont relevé ce malaise, soulignant que le musée, situé dans une ville où vit une majorité de personnes noires, est une institution aux États-Unis (l’une des plus importantes outre-Atlantique) et que le pays se soulève depuis de nombreux mois pour protester contre les violences policières racistes.

Face à la débâcle suscitée par son œuvre, Nicole Macdonald a déclaré ne plus se sentir en phase avec la fresque et préférer la voir supprimée : "Si cette œuvre représente un signe de brutalité pour les personnes qui comptent pour moi, alors elle devrait être retirée."

Elle affirme avoir créé l’œuvre en 2018 et ne plus avoir entendu parler du musée jusqu’au mois de mai 2021, lorsqu’on lui a annoncé qu’une reproduction serait affichée sur le mur de la station de police : "Je ne ferai jamais ça aujourd’hui. Ça va à l’encontre de tout ce à quoi je crois."

"Le musée est au cœur d’une des plus grandes villes noires du pays et c’est ça que vous décidez de faire ? […] Aucun grand musée d’art ne devrait financer, promouvoir ou s’associer avec des départements de police pour créer une propagande qui fait fi et se débarrasse des abus de pouvoir de la police au quotidien.

Si cette artiste blanche de Détroit veut célébrer la police, laissez-la faire de son côté ? N’offrez pas votre validation à ce genre de travail au nom de la 'communauté' après tant de manifestations à travers le pays", a déclaré l’artiste originaire de Détroit Kevin Beasley sur son compte Instagram.

En sus, Kevin Beasley a souligné la façon dont le musée "ignor[ait] les pratiques internes hostiles et racistes de [ses] propres équipes", faisant référence aux plaintes formulées par l’équipe du musée durant l’été 2020. Selon six salarié·e·s anonymes, le directeur du musée aurait "détourné des ressources du musée pour accorder des faveurs à des amis et sa famille, entrepris des pratiques d’embauche inéquitables et manquerait de connaissances sur les sujets relatifs à la diversité et à la race", rapportait Artnet en juin 2020.

Nicole Macdonald, "To Serve and Protect", le 1er juin 2021. (© Detroit Institute of Arts)

À voir aussi sur arts :